fbpx

Construction

 

Projet de la semaine : Compléter la nouvelle église à Abnee Baitak

23.04.2020 in Adaptation Mario Bard, Construction, Égypte, PROJETS AED

Égypte

Compléter la nouvelle église avec salle paroissiale à Abnee Baitak

Info du département des projets, AED International
Mise en ligne le 23 avril, 2020

Abnee Baitak est une nouvelle banlieue satellite de Madinat as-Sadis min Uktubar, la «ville du 6 octobre», qui est elle-même une ville relativement nouvelle, située tout près du Caire. Abnee Baitak a été fondée par le gouvernement et a été créée avant tout pour fournir un logement aux jeunes familles.

 

Ce qui manque encore à la nouvelle cité, c’est une église catholique, la plus proche étant située à plus de 20 kilomètres.

 

En 2015, le premier ministre a accordé un permis de construction, et comme l’obtention d’un tel permis n’avait pas été facile, les travaux ont immédiatement commencé. À l’époque, l’AED avait déjà offert une aide de 45 000 dollars. Actuellement, la construction de l’église avec une salle attenante pour les diverses activités pastorales et sociales de la paroisse est déjà bien avancée. Pour que les travaux puissent être terminés rapidement, la paroisse nous a adressé une nouvelle demande d’aide. Nous la soutiendrons à nouveau à hauteur de 45 000 dollars.

Merci de nous aider à compléter ce projet !  

https://secure.acn-canada.org/fr/appuyer-aed/

Vous désirez soutenir ce projet ou tout autre projet semblable ? Cliquez sur le bouton ci-dessous, et sélectionner ‘Projet de la semaine’.

Projet de la semaine AED – Ukraine : achever la construction d’un centre paroissial

31.03.2020 in Construction, PROJETS AED, Ukraine, Voyagez avec AED, Vues D'ailleurs

Projet de la semaine AED – Ukraine

Aide à l’achèvement d’un centre paroissial à Voyutychi

Encore aujourd’hui, les conséquences de la persécution de l’Église par l’Union soviétique se font sentir en Ukraine. De nombreux bâtiments dont l’Église avait été expropriée par les communistes. Ils n’ont pas encore été rendus ou sont dans un état pitoyable. Ceux qui ont été redonnés ne pourront être réparés que progressivement ou bien ils seront carrément reconstruits quand leur rénovation est impossible.

La paroisse catholique romaine Sainte-Catherine-d’Alexandrie à Voyutychi, dans l’ouest de l’Ukraine (district de Lviv), a été rouverte en 1990 après le changement de régime politique. Cependant, le chemin a été long avant que l’église ne soit restaurée. De plus, le presbytère était en si mauvais état qu’on a dû le démolir. Aujourd’hui, les prêtres vivent dans des pièces étroites et inadaptées, au-dessus de la sacristie de l’église, car ils n’ont pas de logement.

Il n’y a pas non plus d’espaces adaptés pour les nombreuses activités de cette paroisse dynamique qui rassemble 148 familles. Les groupes d’enfants et de jeunes, les enfants de chœur, le club des aînés, la Légion de Marie, la chorale paroissiale et bien d’autres groupes doivent se contenter de locaux inappropriés, ce qui nuit au travail pastoral.

Il a donc été décidé de construire un centre paroissial. Celui-ci permettra de loger les deux prêtres et d’avoir des locaux pour les activités des différents groupes de la paroisse. Les travaux ont déjà commencé. Le père Victor Palczynski nous a demandé de l’aide pour les terminer, et c’est avec plaisir que nous soutenons cette paroisse avec un montant de 15 000 dollars.

(Mise en ligne au Canada : 30-03-2020)

Donner en ligne pour ce projet ou pour tout autre projet semblable. Merci !


 

Projet de la semaine – L’AED présente : un succès au Mexique !

13.02.2020 in Construction, Mexique, PROJETS AED

L’AED présente : un succès au Mexique!

Aide à la reconstruction chez les Brigittines

 

L’Ordre du Très-Saint-Sauveur a été fondé en Suède au 14e siècle par sainte Brigitte, c’est pourquoi la communauté est également connue sous le nom d’ordre de Sainte-Brigitte (Les Brigittines). Les religieuses vivent cloîtrées et se consacrent à la prière contemplative.

 

Au 17e siècle, une branche espagnole de l’ordre a été fondée. Elle compte aujourd’hui des monastères en Espagne, au Mexique, au Venezuela et au Pérou. Depuis 1907, on trouve un monastère de Brigittines à Puebla dans le centre-est du Mexique. Il rassemble 20 religieuses ayant fait leurs vœux perpétuels et trois jeunes femmes qui sont encore en formation. D’autres jeunes femmes voudraient entrer dans ce monastère. Les religieuses relatent avec étonnement qu’un malheur survenu il y a quelques années a entraîné une forte augmentation des vocations : après la mort de sept religieuses dans un accident de la circulation, un nombre important de jeunes filles a soudainement voulu rejoindre l’ordre.

 

Plus d’espaces pour de nouvelles vocations

Gravement endommagé en 2017 par un tremblement de terre dont l’épicentre n’était pas loin de Puebla, une partie du bâtiment a dû être démoli : celui-ci remontait au 19e siècle. De plus, l’humidité, le froid et une mauvaise ventilation avaient déjà fait en sorte que les conditions de vie y soient mauvaises. Enfin, les installations sanitaires étaient situées à l’extérieur du bâtiment, sans compter le manque de place pour accueillir de nouvelles vocations.

 

Grâce à la générosité de nos bienfaiteurs, nous avons pu contribuer à hauteur de 37 500 dollars pour les travaux de reconstruction. Les religieuses auront désormais plus d’espace pour accueillir plus de jeunes femmes, et elles pourront vivre dans des conditions plus saines. Que Dieu le rende à tous ceux qui ont apporté leur aide !

 

https://secure.acn-canada.org/fr/appuyer-aed/

Vous désirez soutenir ce projet ou tout autre projet semblable ? Cliquez sur le bouton ci-dessous, et sélectionner ‘Projet de la semaine’.

Projet de la semaine : Construction d’une nouvelle église en Inde

17.01.2020 in Construction, Inde, PROJETS AED, Voyagez avec AED

Histoire de succès — Inde

Construction d’une nouvelle église

 Publié sur le web le 17 janvier 2020

Les fidèles du village de Majerburi, dans l’ouest de l’État indien d’Assam, sont ravis de leur nouvelle église. Les nombreux catholiques pratiquants ont enfin de la place dans l’église. Nos bienfaiteurs ont fait don de 93 300 $. La consécration a été une fête grande et joyeuse, et les paroissiens continuent de prier pour tous ceux qui ont contribué à faire de ce vieux rêve une réalité.

 

Un peu d’histoire…

En 1983, des membres de la communauté des Capucins avaient mis en place un poste missionnaire et une école primaire dans le village de Majerburi. Puis, en 2012, la paroisse Saint-François a été fondée. Cependant, elle ne disposait que d’une petite chapelle, dans laquelle il était impossible d’accueillir tous les fidèles. Les dimanches et jours fériés, au moins une centaine de personnes devaient rester à l’extérieur de la chapelle.

 

Quant à eux, les enfants des villages éloignés qui ne peuvent aller à l’école que s’ils habitent à l’internat ne pouvaient pas, eux non plus, venir à la messe le dimanche en raison du manque de place. Sans compter tous les élèves et professeurs d’un nouveau collège fondé en 2016 par des religieuses !

 

Et, même si les fidèles sont fermement ancrés dans la foi et participent activement à la vie de l’Église, ils sont trop pauvres pour réunir les fonds nécessaires à la construction d’une église plus grande. Le travail d’une grande partie de cette population — composées de différentes ethnies autochtones — est essentiellement lié à de l’agriculture de subsistance. Ils ramassent du bois de chauffage dans la forêt, cultivent des légumes pour les vendre au marché. Même en faisant de grands sacrifices, ils n’auraient pas été en mesure de réaliser le rêve de construire leur nouvelle église. Leur curé, le Père Kuriakose Kattoopara, s’était donc adressé à l’AED avec confiance. Lui et ses fidèles prient pour tous ceux qui les ont aidés, et sont extrêmement heureux et reconnaissants ! « Que Dieu le rende à tous ceux qui apporté leur aide ! »

 

Projets soutenus par l’AED en Irak Nouvelle phase de reconstruction

03.12.2019 in Construction, Irak, Persecution of Christians, PROJETS AED, Voyagez avec AED

Projets soutenus par l’AED en Irak
Nouvelle phase de reconstruction

 Par Xavier Bisits, ACN International
et Mario Bard, AED Canada 

Mis en ligne le 3 décembre, 2019

Ce n’est qu’en mars de cette année que l’État islamique a perdu les derniers vestiges de son « califat » en Syrie, et il y a un peu plus d’un mois qu’Abou Bakr Al-Baghdadi, le terroriste le plus célèbre au monde, est mort au cours d’une opération menée par des soldats américains.

 

Deux ans après la libération de Mossoul de ses suzerains islamistes, dans la plaine de Ninive – région chrétienne située au nord de Mossoul – la vie reprend lentement avec l’aide de l’œuvre pontificale Aide à l’Église en Détresse (AED).

 

Le 30 octobre, Philipp Ozores, Secrétaire général de l’AED, s’est rendu dans la plaine de Ninive pour annoncer le début d’une nouvelle et importante étape de soutien pour cette région : la rénovation des propriétés de l’Église afin de redonner un sentiment de sécurité aux résidents qui sont de retour au pays.

Plus de 35 millions de dollars depuis 2014

Environ 45 % de la population chrétienne de cette région est revenue. Les magasins ont rouvert, de nombreuses maisons ont été réparées, et la vie de l’Église a repris : catéchèse, radio, écoles et groupes de femmes. Ce retour à la normale a été rendue possible en grande partie  grâce aux bienfaiteurs de l’AED qui ont permis à l’oeuvre pontificale de s’engager dans un vaste programme d’aide d’urgence et de rénovation des maisons. Depuis 2014, l’AED a dépensé plus de 35 millions de dollars d’aide d’urgence pour soutenir les chrétiens déplacés en Irak, principalement par le biais de l’aide alimentaire et des aides au paiement des loyers.

 

Dans la plaine de Ninive, l’AED a financé la rénovation de 2 086 maisons, soit 37 % de l’ensemble des maisons ayant été réparées. Ce programme, d’une valeur de plus de 9,6 millions de dollars, a permis le financement de maisons à Qaraqosh, Bartella, Tesqopa, Karamless, Bashiqa et Bahzani.

 

Rétablir la confiance et la sécurité

 

Cependant, l’émigration reste une menace sérieuse pour l’avenir de la région car certaines personnes perdent l’espoir que le christianisme puisse de nouveau s’épanouir un jour en Irak. Ils partent vers des pays comme l’Australie et l’Allemagne chercher un avenir meilleur. Le taux d’émigration est tel qu’il est urgent de prendre des mesures pour rétablir la sécurité et donner des raisons positives aux chrétiens irakiens de rester dans leur patrie.

Dans ce contexte, l’AED s’engage dans une nouvelle phase de projets visant à assurer la sécurité des personnes dans les villes où elles se sont réinstallées. Il s’agit de projets de reconstruction d’infrastructures ecclésiales dans plusieurs villes de la région.

Ozores a assisté à une réunion du Comité de Reconstruction de Ninive (CRN), présidée par le Père Andrzej Halemba, responsable de la section Moyen Orient de l’AED, pour annoncer plusieurs de ces projets. Des représentants de l’Église syro-catholique (Père Georges Jahola), de l’Église syro-orthodoxe (Père Jacob Yasso) et de l’Église catholique chaldéenne (Père Thabet Habib) ont assisté à cette réunion. M. Ozores a affirmé aux participants la solidarité de l’Église catholique mondiale : « Nous sommes avec vous, et nous resterons avec vous en Irak. »

 

Restaurer la plus grande église d’Irak

 

Le projet principal est la grande église Al-Tahira, la plus grande église d’Irak, située à Qaraqosh (aussi appelée Baghdeda), la plus grande ville chrétienne d’Irak qui est à 95% syro-catholique.  L’AED soutiendra la restauration de l’intérieur de l’église évaluée à 765 000 dollars. Cet intérieur a été gravement endommagé par le feu. En effet, avant de fuir la ville, les militants de l’État Islamique ont empilé les bancs et autres meubles et ont tout incendié.

 

Les paroissiens se rassemblent chaque jour dans les vestiges de l’église, bien que beaucoup soient affligés parce qu’ils doivent prier dans une église manifestement profanée alors qu’elle était autrefois la fierté de la ville. De nombreuses personnes ne se sont pas encore remises du traumatisme du déplacement, de l’assassinat de leurs proches, et du fait que leur maison ait été colonisée pendant deux ans par des fanatiques islamistes et leurs esclaves yézidis. L’AED espère que ce projet redonnera espoir aux chrétiens restés en Irak – un fragile ensemble représentant à peine  10 % des 1,5 million de chrétiens qui vivaient dans le pays avant le déclenchement de la guerre civile et le meurtre, pour des raisons religieuses, d’au moins mille chrétiens.

 

Bien que les chrétiens de la plaine de Ninive aient prouvé leur résilience, en cette période critique de reconstruction, ils espèrent ne pas être oubliés.

« C’est notre pays, et c’est un témoignage que nous pouvons donner pour le Christ … Je profite de cette occasion pour remercier toutes les personnes qui nous aident, car une Œuvre telle que l’AED ne pourrait pas nous aider sans le soutien de ses bienfaiteurs ».

 

Une fois l’intérieur restauré, d’autres travaux devront être faits pour restaurer l’extérieur endommagé et le clocher du bâtiment. L’archevêque syro-catholique de Mossoul, Mgr Petros Mouche, a déclaré à l’AED : « Pour nous, cette église est un symbole. Elle a été construite en 1932 par les habitants de Qaraqosh. Pour cette raison, nous voulons qu’elle reste un symbole chrétien afin d’encourager les gens, en particulier les habitants de Qaraqosh, à rester ici  C’est notre pays, et c’est un témoignage que nous pouvons donner pour le Christ … Je profite de cette occasion pour remercier toutes les personnes qui nous aident, car une Œuvre telle que l’AED ne pourrait pas nous aider sans le soutien de ses bienfaiteurs ».

L’AED a également approuvé plus de 1,3 millions de dollars d’aide pour la reconstruction de la salle paroissiale Najem Al-Mashrik à Bashiqa, une ville yézidie-chrétienne, avec une importante population syro-orthodoxe. La salle permettra à l’Eglise de célébrer à nouveau de grands mariages et encouragera ainsi les jeunes à se construire un avenir dans leur patrie, plutôt que de se tourner vers des pays étrangers.

 

Le Père Daniel Behnam, prêtre local, a déclaré : « Nous sommes heureux d’entamer la reconstruction de la salle Najem Al-Mashrik. Ce projet contribuera à assurer la survie des familles chrétiennes et leur fournira des services importants. Il aidera en particulier les jeunes en leur offrant un espace pour des activités pastorales, culturelles et sociales ».

 

L’AED a également récemment approuvé 13 autres projets d’une valeur de plus d’un million de dollars pour les chrétiens syro-catholiques, chaldéens et syro-orthodoxes, tous destinés à la reconstruction des biens ecclésiastiques endommagés par les djihadistes de l’État Islamique.

 

L’AED, Aide à l’Église en Détresse, est une œuvre pontificale de charité qui dépend principalement de petits donateurs pour apporter soutien et espérance à l’Église pauvre et persécutée.

Projet de la semaine AED – Besoin de rénovations sur l’Ile de Puna, Équateur

01.11.2019 in Adaptation Mario Bard, AED-Canada, Amérique Latine, Construction, Equateur, PROJETS AED, Voyagez avec AED

Projet de la semaine AED – Équateur

Rénovation d’un presbytère sur l’île de Puná

Mis-en-ligne le 1er novembre, 2019

 

L’île de Puná fait environ 900 kilomètres carrés et est située au sud de la côte équatorienne. Elle compte 7 000 habitants. C’est une région pauvre où le tourisme a tout récemment été encouragé. Les habitants y vivent donc non seulement de la pêche traditionnelle pratiquée à petite échelle, mais aussi de l’artisanat touristique.

 

Cette île est importante dans l’histoire de l’Église en Amérique latine, car elle a été le lieu où, en 1541, le premier évêque de Cusco, qui fut aussi l’un des premiers évêques d’Amérique latine, a souffert le martyre. L’évangélisation de l’île revêt donc un sens particulier pour l’histoire de l’Église locale.

 

Mais, malgré cette longue histoire de présence chrétienne, une paroisse n’y a été érigée qu’en 2018 ! Elle couvre les 13 villages de l’île. Le curé, le père Celso Miguel Montesdeoca Robles, souhaite y raviver la vie ecclésiale. Un certain nombre de choses ont déjà été accomplies. Ainsi, il y a maintenant la catéchèse pour les enfants, les adolescents et les adultes, la pastorale des jeunes, et des groupes qui rendent visite aux malades.

 

Le curé voudrait maintenant que les chefs de groupe soient mieux formés, et que d’autres personnes se joignent encore à eux. Les religieuses de la Congrégation des « Filles de Marie » aident aussi le curé dans son travail.

 

Hélas, le presbytère est dans un état pitoyable : les rénovations y sont devenues urgentes. Il faut savoir que la région est régulièrement touchée par des secousses sismiques, ce qui endommage les murs. Puis, le tremblement de terre dévastateur de 2016 a causé des dommages encore plus graves. Sans compter l’air marin, chargé en nitrates, qui abîme aussi le vieux bâtiment. Et, comme si ce n’était pas assez, il est mal protégé contre les bandits qui maraudent dans la région. Enfin, il faut aussi remplacer les anciennes canalisations d’eau et les vieux câbles électriques.

L’Aide à l’Église en Détresse voudrait donc offrir une aide de 21 900 dollars afin de répondre à l’urgence des travaux de rénovation. 

 

https://secure.acn-canada.org/fr/appuyer-aed/

Vous désirez soutenir ce projet ou tout autre projet semblable ? Cliquez sur le bouton ci-dessous, et sélectionner ‘Projet de la semaine’.

Syrie : jour de fête à Marmarita !

11.10.2019 in Construction, PROJETS AED, Syrie

Syrie

Aujourd’hui est un jour de fête

Cérémonie d’inauguration de l’église Haret Saraya, détruite par les djihadistes en 2012

Par Marta Garda, ACN-International
Révision française : Hélène Poisson, AED-Canada
 

 

Marmarita/Königstein. – Le soir tombe dans la vallée des chrétiens. En haut de la colline, la célèbre forteresse historique du Krak des Chevaliers, construite aux XI-XIIe siècles par l’Ordre des hospitaliers, semble contempler l’arrivée des invités. C’est jour de fête dans l’église Haret Saraya, à Al-Husn. Les trompettes et les tambours jouent sans s’arrêter.

L’église, consacrée à Notre-Dame, resplendit de ses murs récemment peints en blanc et de son iconostase aux couleurs vives. « Elle a été reconstruite comme elle était », déclare l’archevêque gréco-catholique local, Mgr Nikolas Sawad, également archevêque de Lattaquié.

En 2012, l’église a été saccagée et incendiée par les djihadistes qui dominaient la vallée du haut du Krak des Chevaliers. Ils ont démoli la croix, profané les icônes et mutilé les images pieuses. Les locaux paroissiaux et le presbytère, dont les murs ont perdu jusqu’à leurs fils électriques, n’ont pas non plus été épargnés.

Mais sept ans plus tard – symboliquement, le jour de la fête de l’Exaltation de la Sainte-Croix – l’église et les cœurs sont à nouveau radieux et le petit temple est bondé à l’occasion de la bénédiction des lieux. Des prêtres catholiques et orthodoxes de la région y assistent. Dehors, dans la cour, devant les laïcs, la chorale orthodoxe Notre-Dame Al-Wadi entonne des chants d’espoir, de paix et de pardon, faisant mémoire des disparus, assassinés ou exilés de la guerre, et invitant les chrétiens à rester dans leur pays.

« Après la rénovation de l’église, il reste à rénover les pierres vivantes, nos cœurs », dit à l’assemblée le Père Andrzej Halemba, responsable des projets au Moyen-Orient de la Fondation Aide à l’Église en Détresse. « Nos cœurs sont brisés par la violence, divisés et furieux à cause de ce qui s’est passé dans nos vies. Il faut maintenant les reconstruire dans l’amour du Christ. Prions pour la paix en Syrie. »

L’œuvre pontificale de charité l’Aide à l’Église en Détresse (AED) a soutenu non seulement la rénovation de l’église Haret Saraya, mais aussi les installations paroissiales et le presbytère. Des chambres d’hôtes et des locaux commerciaux ont également été construits à proximité du Krak des Chevaliers, qui recommencera bientôt à accueillir des visiteurs. Il s’agit là d’un pari sur la pérennité de l’héritage dans ses lieux d’origine. « L’AED est le Simon de Cyrène qui nous soutient et nous aide à porter la croix », a dit Mgr Sawad à la fin de la fête.

 

Les projets de reconstruction dans les quartiers chrétiens du village d’Al-Husn soutenus par l’AED à hauteur de plus de 255 000 dollars, s’inscrivent dans le cadre de son programme de reconstruction des zones chrétiennes touchées par la guerre dans les différents diocèses de Syrie.

Projet de la semaine AED – Une église paroissiale au Brésil

11.07.2019 in Adaptation Mario Bard, Brésil, Construction, PROJETS AED

Brésil 

Une église paroissiale au milieu de la canne à sucre

 

La ville de Camela compte environ 30 000 habitants et est située au milieu des plantations de canne à sucre dans le nord-est du Brésil.

 

La vie de la population est marquée par une grande pauvreté et de graves problèmes sociaux. La violence et la toxicomanie sont très répandues. De plus, des groupes sectaires sont en pleine expansion et disposent désormais de 75 temples, tandis que l’Église catholique ne possède qu’une église paroissiale – trop petite ! – et la chapelle du cimetière.

 

Par ailleurs, l’église paroissiale est coincée entre un magasin et un supermarché. Il est donc impossible de l’agrandir. La messe dominicale est célébrée sur le terrain de sport parce que l’église n’offre pas assez d’espace pour les fidèles.

Le curé de la paroisse, le père Laion Fernando Gonçalves dos Santos Ferreira, et trois missionnaires laïcs, s’occupent sans relâche des fidèles et font un  travail pastoral qui porte du fruit.

 

Un terrain vient d’être offert à la paroisse et une nouvelle église paroissiale doit y être construite.

 

L’AED souhaiterait soutenir les travaux à hauteur de 53 550 dollars. Qui participera ?

 

https://secure.acn-canada.org/fr/appuyer-aed/

Vous désirez soutenir ce projet ou tout autre projet semblable ? Cliquez sur le bouton ci-dessous, et sélectionner ‘Projet de la semaine’.

Histoire de succès de l’AED – Zambie

03.07.2019 in ACN Canada, Adaptation Mario Bard, Construction, PROJETS AED, Séminaristes

Zambie – Histoire de succès de l’AED

Travaux de rénovation au Séminaire Saint-Augustin

La Zambie, contrée enclavée d’Afrique australe, est l’un des pays les plus stables du continent africain. Avec près de 90 pour cent de la population, les chrétiens constituent la majorité des 17 millions d’habitants. Toutefois, il n’y a qu’environ 20 pour cent de catholiques ; la plupart des chrétiens sont membres de diverses communautés protestantes.

L’Église catholique y fait face à des défis majeurs. Ainsi, alors que la vie ecclésiale était autrefois soutenue principalement par des missionnaires étrangers qui recevaient un soutien matériel de leur pays d’origine, ce sont aujourd’hui de plus en plus souvent des évêques et des prêtres originaires du pays qui assurent maintenant les responsabilités.

Pour assurer une présence pastorale réelle et contrer les illusions

Les paroisses s’étendent sur de vastes territoires et les fidèles sont dispersés, sans compter les infrastructures routières qui sont mauvaises à maints endroits. Il serait donc bon d’avoir davantage de prêtres pour être présent auprès d’eux. Parallèlement à cela, des sectes font un prosélytisme actif et attirent beaucoup de monde par des messages de Saluts faciles : elles promettent le succès, la richesse et la santé, ce qui leur permet même de charmer des catholiques ! Elles y parviennent surtout lorsqu’en raison du manque de moyens et des longues distances, la présence pastorale n’est pas assez forte pour que les gens puissent vraiment s’enraciner et se sentir chez eux, dans l’Église catholique.

 

Présentement, il est très souhaitable que l’Église de Zambie ait plus de prêtres. Mais, afin de pouvoir former des prêtres, il faut aussi remplir certaines conditions, et offrir un lieu simple, mais digne. Au séminaire Saint-Augustin de Kabwe, près de 90 jeunes hommes se préparent à être ordonnés prêtres. Cependant, le bâtiment, qui remonte aux années 1950, avait un besoin urgent de rénovation depuis des années. Il y avait des fissures dans les murs, des tuiles tombaient de la toiture, le plafond s’effritait et les canalisations étaient délabrées : tout cela rendait la vie difficile et parfois même dangereuse ! Sans compter les toilettes qui avaient un besoin urgent de rénovation.

Alors, grâce à l’aide des bienfaiteurs de l’AED qui ont fait don de 22 350 dollars, les salles de bains ont été rénovées et la tuyauterie a été remplacée. Les séminaristes remercient du fond du cœur tous ceux qui ont offert leur aide.

https://secure.acn-canada.org/fr/appuyer-aed/

Vous désirez soutenir ce projet ou tout autre projet semblable ? Cliquez sur le bouton ci-dessous, et sélectionner ‘Projet de la semaine’.

Projet de la semaine AED – Bosnie-Herzégovine – Construction

05.06.2019 in Adaptation Mario Bard, AED, Bosnie, Construction, Europe de l'Est, PROJETS AED

Projet de la semaine AED – Bosnie-Herzégovine – Construction

Texte par ACN International
Adapté par Mario Bard 
Publié sur le web,  5 juin, 2019

Le Centre de pastorale jeunesse Saint-Jean-Paul II : un succès éclatant !

En 2015, un Centre de pastorale jeunesse a été inauguré à Sarajevo, capitale de la Bosnie-Herzégovine. Il est ouvert à tous les groupes ethniques du pays. Il a été consacré à Saint Jean-Paul II, qui avait la jeunesse particulièrement à cœur et qui a su lui redonner de l’élan, par exemple grâce aux Journées mondiales de la Jeunesse.

 

Le Centre est un succès éclatant : chaque année, 10 000 jeunes de 10 ans et plus prennent part aux rencontres, sessions de formation et activités de loisir à caractère pastoral. Les mots d’ordre sont : « Rencontre – réconciliation – construire la paix et l’avenir ensemble ». Le Centre dispose de 20 employés à temps plein qui, avec 300 bénévoles environ, accomplissent les nombreuses activités pastorales. Aide à l’Église en Détresse a soutenu la création du centre à hauteur d’environ 750 000 dollars.

Une Église fragile

Les jeunes qui sont impliqués dans le centre Saint-Jean-Paul II sont souvent aussi très actifs dans leurs paroisses. Ils démontrent ainsi que, dans ce pays, il est possible de vivre ensemble pacifiquement, de trouver du travail, fonder une famille et construire sa vie. L’objectif est également de promouvoir la coexistence des différents groupes ethniques et religieux, afin de construire des ponts pour un avenir pacifique. Pour que l’avenir soit meilleur, c’est le travail auprès de la jeunesse qui est important. Celui-ci assure aussi la survie de l’Église.

De 1992 à 1995, pendant la guerre de Bosnie, la moitié des 500 000 Croates catholiques ont été expulsés ou ont émigré. Encore aujourd’hui, environ 10 000 personnes en moyenne, dont beaucoup de catholiques, quittent le pays chaque année parce qu’ils sont désavantagés sur le marché du travail, dans les écoles et dans la vie sociale ; ils n’ont aucune perspective d’avenir. Par contre, les jeunes qui sont profondément enracinés dans leur paroisse restent et croient en l’avenir.

Comme les capacités du Centre de Sarajevo sont trop faibles par rapport à la demande, un autre centre a été ouvert dans le nord du pays. Il dispose de possibilités d’hébergement pour dix personnes et de nombreuses activités y sont organisées, telles que des séminaires pour les responsables de groupes de jeunes, des initiatives interreligieuses et œcuméniques et bien plus encore. Sur son terrain, il y a aussi une ferme avec des animaux et un verger où les jeunes trouvent du travail. Le Centre fonctionne déjà, mais les dernières réparations n’ont pas encore été effectuées, par exemple dans les salles de bains et les toilettes. 

Par ailleurs, les responsables veulent construire un amphithéâtre extérieur. Aide à l’Église en Détresse voudrait fournir une aide de 30 000 dollars afin que de soutenir la continuité des travaux.

https://secure.acn-canada.org/fr/appuyer-aed/ Vous désirez soutenir ce projet ou tout autre projet semblable ? Cliquez sur le bouton ci-dessous, et sélectionner ‘Projet de la semaine’.