fbpx

Aide

 

Brésil – Histoire de succès de l’AED

03.04.2019 in AED, Aide, Brésil, Intentions de messe, prêtres, PROJETS AED, Subsistance

Offrandes de messe pour 19 prêtres de la communauté Shalom

La communauté catholique Shalom a été fondée au Brésil en 1982. Ses membres sont des jeunes, des familles, des couples mariés et des prêtres, qui vivent ensemble en « communauté de vie » et se mettent au service de l’évangélisation, en particulier de la jeunesse. La célébration quotidienne de la messe, la prière personnelle, la méditation des Saintes Écritures et l’imitation radicale du Christ façonnent la vie de ces membres qui sont aujourd’hui environ 3 000 dans vingt pays.

L’année dernière, Aide à l’Église en Détresse (AED) a transmis un total de 13 800 dollars d’offrandes de messe à 19 prêtres de la communauté qui vivent au Brésil. Les fidèles ont toujours remis des offrandes de messe aux prêtres, c’est-à-dire qu’ils leur ont demandé de célébrer la messe à certaines intentions en leur offrant de l’argent ou d’autres petits cadeaux. Il ne s’agit pas là de « payer » la messe, mais de montrer que nous, chrétiens, sommes des frères et des sœurs, et que nous soutenons et nous remercions ainsi les prêtres qui annoncent le Christ sans craindre les efforts ni les sacrifices.

L’un de ces 19 prêtres est le père Jairo Barbosa Leite. Il est âgé de 46 ans et est membre de la Communauté Shalom depuis 25 ans. En octobre 2015, il est venu voir l’avancement des rénovations dans son église paroissiale. C’est alors qu’il est tombé dans un trou de cinq mètres de profondeur et est devenu paraplégique. Cependant, le père Jairo ne veut pas parler d’un « malheur » ou d’un « coup du sort ». Il explique : « Bien sûr, j’ai eu un choc quand il est devenu clair que je resterais paralysé pour toujours. Mais j’ai alors compris que ce n’était pas un fardeau, mais une grâce. Beaucoup de gens pensent que l’on ne peut être heureux que lorsque tout se passe bien. Mais je suis heureux et je me sens saisi par la grâce, précisément parce que je sens que je dépends des autres. Je peux même ainsi toucher des gens qui sont éloignés de la foi, parce qu’ils se demandent pourquoi je suis heureux. Je vois cela comme la Providence Divine. Même paralysé dans un fauteuil roulant, je réalise l’utilité du service que je rends par ma vie de prière, mes veillées de prière, la célébration de l’Eucharistie, l’écoute au confessionnal, et les cours que je donne. Je suis heureux de voir que mon sacerdoce est utile à Dieu. Comme il est bon, malgré mes faiblesses et mes péchés, de voir la main de Dieu et son intervention ! »

Au nom de ses confrères, le Père Jairo nous remercie pour les offrandes de messes de nos bienfaiteurs : « Je remercie tous les bienfaiteurs de votre œuvre de charité et témoigne du fait que leur don est un aide pour l’Église et les hommes d’Église qui travaillent dans le monde entier à sauver les âmes ».

https://secure.acn-canada.org/fr/appuyer-aed/
Vous désirez soutenir ce projet ou tout autre projet semblable ? Cliquez sur le bouton ci-dessous, et sélectionner ‘Projet de la semaine’.

Projet de la semaine – Kazakhstan – des livres pour la formation

07.02.2019 in ACN Canada, Adaptation Mario Bard, Aide, Formation, Formation, Kazakhstan, PROJETS AED, Séminaristes, Voyagez avec AED

Kazakhstan

Des livres pour le séminaire de Karaganda

La formation des séminaristes requiert des livres de base qui soit à la hauteur.

 

Le Kazakhstan est un vaste pays dont le territoire de 2,7 millions de kilomètres carrés équivaut à plus d’un quart du territoire des États-Unis ! Pourtant, le pays n’a que 18 millions d’habitants. Depuis 1991, cette ex-République soviétique est indépendante. La population est musulmane à 70 pour cent et chrétienne à 25 pour cent, la majorité appartenant à l’Église orthodoxe russe. Les catholiques ne forment qu’une minorité de 300 000 fidèles, éparpillés sur tout le territoire. La plupart d’entre eux sont d’anciens déportés ou leurs descendants. Ils ont des racines polonaises, allemandes, baltes ou ukrainiennes.

 

Le Kazakhstan est un exemple particulièrement beau de coexistence amicale entre catholiques et orthodoxes. Il y a régulièrement des rencontres et des initiatives conjointes. Tout récemment, à l’occasion du Noël orthodoxe qui a été célébré le 7 janvier, le Président de la Conférence épiscopale catholique du Kazakhstan, Mgr José Luís Mumbiela Sierra du diocèse de la Sainte Trinité, dont le siège est à Almaty, a rencontré le Métropolite orthodoxe russe Aleksandr pour lui adresser ses meilleurs vœux de Noël au nom des autres évêques catholiques, des prêtres et des fidèles catholiques. Des cadeaux ont été échangés et les discussions ont porté sur différents problèmes importants auxquels les deux Églises sont actuellement confrontées.

 

Les défis auxquels les chrétiens sont aujourd’hui confrontés concernent également les douze jeunes hommes qui se préparent en ce moment au séminaire de Karaganda – le seul séminaire catholique du pays – à être ordonnés prêtres. Il y a actuellement un peu moins de 100 prêtres catholiques dans les quatre diocèses catholiques du pays. Afin de pouvoir bien former les futurs prêtres, le séminaire nous demande de l’aide pour compléter sa bibliothèque. Nous avons promis 2,250 dollars.


 

Rapport Annuel 2016 – Nouvelle année record

05.07.2017 in AED Canada, Aide, Aide à l'Église en détresse., MONDE, Rapport annuel

Aide d’urgence au Moyen-Orient : un soutien qui se continue en 2017 tout comme en 2016. (© AED)

Aide à l’Église en Détresse
Nouvelle année record

 

Königstein/Montréal, 5 juillet 2017 – En 2016, Aide à l’Église en Détresse (AED) a de nouveau battu tous les records. Le montant amassé par l’œuvre pontificale de charité s’élève à 189 550 370 $, c’est-à-dire une augmentation de 13,5 millions $ par rapport à 2015. Ce montant a permis de financer 5 303 projets dans 148 pays. L’Afrique récolte la part du lion avec 34 pour cents de projets réalisés sur le continent.

 

Ce nombre élevé reflète en grande partie la croissance de l’Église en Afrique. Une attention particulière est apportée à des pays de la zone sahélienne, ainsi que le nord du Nigéria, la Tanzanie et le Kenya puisqu’il s’y répand une forme agressive d’Islam. Par ailleurs au Moyen-Orient, berceau du christianisme, les soutiens d’urgence et l’aide à la subsistance pèsent lourd dans les livres comptables. Ces appuis assurent la présence des chrétiens dans la région. D’ailleurs, l’Irak et la Syrie sont les pays ayant bénéficié des plus grands apports d’AED en 2016 avec respectivement plus de 14,2 millions $ et 8,7 millions $, ce qui est dû en grande partie à la situation politique qui règne dans la région. Depuis 2011, plus de 87,9 millions $ ont été versés dans les régions en crise du Moyen-Orient, et rien que pour l’année dernière, le montant a atteint plus 26,6 millions $ au total. Loin de diminuer, l’aide dans ce coin du globe devrait encore s’accroître considérablement en 2017.

 

Syrie – de l’aide pour les déplacées

 

Par exemple, le programme de reconstruction mis en place par AED, et auquel participent trois Églises dans la région de la Plaine de Ninive en Irak, n’est pas étranger à cette situation. Il a pour objectif de permettre aux chrétiens de retourner dans les villes et villages libérés de l’emprise de l’État islamique.

 

Vicariat de Chaco, Paraguay : des religieuses peuvent soutenir les gens les plus pauvres – éducation, catéchèse, écoute, etc. – sans s’inquiéter de ce qu’elles mangeront demain, grâce aux bienfaiteurs d’AED. (© AED)

 

De la construction au soutien des religieuses

Comme pour les années précédentes, la majeure partie de l’aide globale a servi au soutien à la construction, soit 30 pour cent du montant total. À l’échelle mondiale, la construction ou la reconstruction de plus de 1 200 chapelles, églises, cathédrales et séminaires a été cofinancée, en majeure partie dans des régions dévastées par des cataclysmes. Un tiers des projets de construction a été réalisé en Afrique.

 

 

Ensuite vient l’aide d’urgence au Moyen-Orient et à la subsistance pour les religieuses, ainsi que le soutien à la formation, notamment celle d’environ 30 000 catéchistes et assistants pastoraux. En Europe centrale et de l’Est, l’aide à la formation professionnelle et continue a dépassé celle attribuée aux projets de construction. Dans cette partie du monde, l’accent a été mis sur les pays des Balkans où des formes radicales de l’islam s’installent.

 

Intentions de messe  : un prêtre sur neuf dans le monde ! (© AED)

Puis, grâce à des intentions de messe, un prêtre sur neuf (43 015 au total) a bénéficié de soutien, surtout en Afrique (14 403) et en Asie (11 293). L’aide est également allée à 10 760 jeunes séminaristes, c’est-à-dire à une vocation sacerdotale sur onze à l’échelle mondiale. La plupart d’entre eux se préparaient à la prêtrise en Afrique (4 667), puis en Amérique latine (2 900) et en Europe de l’Est (1 577).

 

Du côté des religieuses, 11 080 d’entre elles ont obtenu une aide à la subsistance ou une formation. Dans le monde, une religieuse sur 62 a bénéficié de ce soutien, tandis qu’en 2015, il ne revenait encore qu’à une religieuse sur 67. Dans la majeure partie des cas, il s’agissait d’aide à la subsistance aux religieuses contemplatives. Côté transport, 375 automobiles, 149 motos et 239 bicyclettes ainsi que deux bateaux ont été financés.

 

 

Jamais auparavant Aide à l’Église en Détresse n’avait amassé autant d’argent en une seule année. Presque deux tiers de ces sommes (65 pour cent) émanaient de dons individuels, tandis qu’un peu plus d’un cinquième (21,8 pour cent) provenait de legs. L’œuvre pontificale a obtenu la plus grande partie des dons en France (plus de 43,2 millions $), suivie par la Grande-Bretagne (plus de 26,6 millions $), l’Espagne (plus de 19,3 millions $), l’Allemagne (plus de 18 millions) et la Suisse y compris le Liechtenstein (plus de 13,3 millions $).

 

 

TOGO Construction des salles de catéchèses pour la paroisse de St Paul Apôtre des nations.

L’Équipe canadienne a quant à elle amassé près de 3 millions $. Au total, l’œuvre de bienfaisance gère des bureaux nationaux, qui assurent des activités de collecte de fonds, dans 23 pays. Finalement, 2 109 projets examinés ont fait l’objet d’une décision négative. Les coûts d’administration ont représenté 6,4 pour cent du budget global (en 2015 : 6,5 pour cent). Ces chiffres et statistiques ont été vérifiés par la société internationale d’audit KPMG.

 

Cliquer pour lire le rapport annuel de AED 2016

 


 

 

Projet de la semaine de l’AED: Sarajevo

18.05.2016 in Adaptation Mario Bard, Aide, Bosnie, Non classifié(e)

Bosnie-Herzégovine

Aide à la formation à Sarajevo

Au cours de la guerre de Bosnie-Herzégovine de 1992 à 1995, la moitié des catholiques croates ont quitté le pays et ont cherché refuge à l’étranger.

 

Aujourd’hui, ils ne sont plus que 450 000 qui y vivent encore. Et, même s’ils représentent le troisième groupe ethnique en importance avec 15 pour cents de la population dans un pays à majorité musulmane, ils sont victimes de discriminations de toutes sortes. De ce fait, un grand nombre de familles qui avaient fui pendant la guerre n’y reviennent pas.

 

Des jeunes de l'archidiocèse de Sarajevo témoignes à leur foi en 2011

Des jeunes de l’archidiocèse de Sarajevo témoignent de leur foi en 2011

Toutefois, l’Église catholique joue un rôle plus important que jamais dans le processus de réconciliation et de guérison qui a suivi la guerre, car les blessures se font encore sentir aujourd’hui. De plus, le nombre de vocations a de quoi réjouir et démontre la vivacité de l’Église. Au séminaire archiépiscopal de Sarajevo, 44 jeunes hommes des trois diocèses du pays, ainsi que des pays voisins comme le Monténégro, la Macédoine, la Serbie et le Kosovo, se préparent actuellement au sacerdoce.

 

Le séminaire a besoin de soutien afin d‘assurer la formation des futurs prêtres. Les frais de subsistance sont élevés, et l’Église du pays dépend largement de l’aide de l’étranger. De plus, bon nombre de ses bâtiments ont été détruits pendant la guerre. Même 20 ans après, il faut reconstruire encore beaucoup d’églises, de presbytères et de monastères.

Bien que le séminaire fasse tout son possible pour limiter les dépenses, par exemple lorsque les petits travaux de rénovation peuvent être effectués par les séminaristes eux-mêmes, il lui faut de l’aide de toute urgence. Pour cette année académique, nous soutenons la formation des futurs prêtres à hauteur de 1,305 $ CAD par séminariste, ce qui fait un total de 57,420 $ CAD.

 

ACN-Bosnia

Pour faire un don destiné à ce projet ou bien à un projet similaire, merci de le faire en ligne sur notre nouvelle page de don sécuriser.

Si vous préférez nous appeler ou nous écrire, veuillez trouver nos coordonnées ici.

 

 

 

 


 

Le pape François donne aux chrétiens d’Irak

01.04.2016 in Aide, Irak, Mario Bard, Moyen-Orient, PAIX, Pape François, Voyager avec l'AED

« Nous ne devons jamais oublier
le drame de la persécution »

 

Dans une lettre qu’il a fait parvenir à Mgr Francesco Cavina, évêque de Carpi en Italie, le pape François réitère son soutien aux chrétiens d’Erbil en Irak, qui seront visités par une délégation d’Aide à l’Église en Détresse du 1er au 4 avril. Il confie à l’évêque le soin de remettre une contribution monétaire et des objets liturgiques. Voici la lettre du pape. 

 

« Excellence,

J’ai appris avec joie qu’avec Son Excellence Mgr Antonio Suetta, à l’invitation de la section italienne de la Fondation pontificale Aide à l’Église en Détresse, vous alliez vous rendre à Erbil pour rencontrer les chrétiens iraquiens qui ont été contraints d’abandonner leurs propres villes, maisons, propriétés, racines historiques et culturelles, afin de ne pas avoir à renoncer à leur appartenance au Christ.

 

Je me réjouis vivement de cette initiative qui exprime l’amitié, la communion ecclésiale et la proximité avec tant de frères et sœurs dont la situation d’affliction et de souffrance me peine profondément, et nous invite à défendre le droit inaliénable de toute personne à professer librement sa propre foi. Nous ne devons jamais oublier le drame de la persécution et des personnes qui vivent dans l’insécurité, la précarité, la pauvreté, l’impossibilité d’assurer une éducation adéquate à leurs propres enfants et d’accéder aux soins de santé le plus élémentaires et nécessaires.

 

La miséricorde nous invite à nous pencher sur ces frères, qui sont les nôtres, pour essuyer leurs larmes, soigner leurs blessures physiques et morales, consoler leurs cœurs brisés et peut-être troublés. Il ne s’agit pas seulement d’un acte juste de charité, mais d’un secours à apporter à son propre corps, étant donné que tous les chrétiens sont « un » en Christ, unis par le même baptême.

En réalité, le témoignage de foi, de courage et de patience de tant de disciples du Christ représente pour toute l’Église un rappel à redécouvrir la source féconde du Mystère pascal où puiser l’énergie, la force et la lumière pour un humanisme nouveau.

 

En signe de ma proximité à l’égard de ces fils et frères iraquiens, je suis heureux de vous confier une contribution financière en même temps que quelques objets liturgiques pour la célébration de la Sainte Liturgie au cours de laquelle se rend présent le Seigneur Jésus, source de courage, d’espérance, de fidélité et d’unité.

 

Excellence, en formulant tous mes vœux que le voyage ait une issue positive, je donne de tout cœur ma bénédiction apostolique, que j’étends à tout l’Église irakienne.

 

Et  s’il vous plait, priez pour moi

                                                   François »

 

 

 

 

 

Photo du haut: François lors de l’ouverture du Jubilé de la Miséricorde, 8 décembre 2015 (© Grzegorz Galazka)