fbpx

Par Joop Koopman

 

Sri Lanka : Un crime contre l’humanité

23.04.2019 in AED, Aide à l'Église en détresse., Par Joop Koopman, Par Paulo Aido, persécution, Sri Lanka

SRI LANKA 

Les attentats à la bombe contre des églises le dimanche de Pâques sont « un crime contre l’humanité », déclare l’évêque de Chilaw à Aide à l’Église en Détresse.

Texte par Joop Koopman et Paulo Aido, AED International
Révision française au Canada : Marie-Claude Lalonde pour AED Canada
Mise en ligne : 23 avril 2019

Au moins 290 morts et plus de 450 blessés. C’est le bilan encore provisoire des attentats terroristes d’hier matin, commis contre des églises et des hôtels au Sri Lanka. Pour l’évêque de Chilaw, Mgr Devsritha Valence Mendis, il est difficile de comprendre la vague de violence qui a secoué le pays, le dimanche de Pâques. Le prélat a même parlé de « tragédie » et de « violence à l’état pur ».

Dans une déclaration faite à la Fondation pontificale AED peu après les attentats, Mgr Valence Mendis a expliqué que « tout le pays est en état de choc, et surpris par cette attaque brutale contre des innocents ». Et il a ajouté : « C’est quelque chose qui ne peut se comprendre ou s’expliquer. C’est de la violence à l’état pur. C’est une tragédie ».

Trois églises ont été la cible des terroristes lors des célébrations du matin du dimanche de Pâques. Les explosions, tout comme celles qui ont eu lieu dans certains hôtels, se sont produites dans un laps de temps relativement court, incitant les autorités à conclure qu’il s’agissait d’une attaque bien coordonnée.

Les églises touchées – l’église de Sion à Batticaloa, l’église Saint Antoine à Kochchikade (très populaire dans le pays et visitée chaque année par des milliers de personnes) et l’église Saint Sébastien à Negombo – étaient remplies de fidèles célébrant le dimanche de la Résurrection.

Pour l’évêque de Chilaw, il ne fait aucun doute que les auteurs des attentats ont tenté d’atteindre le plus grand nombre possible de personnes. « Dans les trois églises, les messes du matin étaient en train d’être célébrées, et elles étaient toutes remplies de fidèles », explique le prélat au téléphone.

La violence des attentats a surpris tout le pays. « Ces attaques étaient totalement inattendues, car nous vivions des temps paisibles, surtout ces sept, huit dernières années », déclare Mgr Valence Mendis, ajoutant que « les gens pleurent leurs proches ».

En raison des attaques, « les églises ont suspendu leurs offices liturgiques », tandis que dans tout le pays règne « un état d’alerte général ». Il est maintenant nécessaire de s’occuper de la sécurité de la population. « Il a été demandé aux gens de se disperser et de ne pas se rassembler en groupes, afin d’éviter de nouvelles catastrophes ».

Dans ses déclarations à la Fondation pontificale AED, l’évêque de Chilaw a qualifié l’ensemble des attentats commis au Sri Lanka – au total, huit bombes ont explosé – de « crime contre l’humanité », et a exprimé en ce moment si difficile la solidarité des chrétiens de son pays avec tous ceux qui, « partout dans le monde, souffrent pour l’amour de la foi ».

Les attentats au Sri Lanka ont été immédiatement condamnés au niveau international, tant par l’Inde que par le Pakistan, pays voisins, que par les principaux dirigeants européens, le Président des États-Unis et le Saint-Père.

Le Pape François a affirmé qu’il avait reçu « la nouvelle avec tristesse et douleur » et a exprimé sa « proximité affectueuse à la communauté chrétienne, atteinte alors qu’elle était rassemblée dans la prière, et à toutes les victimes d’une violence aussi cruelle ». Le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a également condamné les attentats et a exprimé l’espoir que les agresseurs soient « promptement traduits en justice ».

Au Sri Lanka, un pays majoritairement bouddhiste, le Christianisme est une religion minoritaire représentant à peine 9 pour cent de la population du pays. Les catholiques sont environ 7 pour cent de la population. Cependant, ce pourcentage est plus élevé dans certaines régions, comme la capitale Colombo ou la zone de la côte occidentale.

Malgré la tragédie qui a frappé le Sri Lanka, l’évêque de Chilaw a indiqué à la Fondation AED qu’il était nécessaire de « faire face à cette situation avec foi et courage ». Une foi et un courage que tous doivent partager, d’autant plus que parmi les morts et les blessés, il y a des fidèles de différentes religions. Mgr Valence Mendis remercie les bienfaiteurs et les amis de l’Aide à l’Église en Détresse de leur sollicitude et les assure de ses prières : « Merci de votre sollicitude et de votre solidarité ».

https://secure.acn-canada.org/fr/appuyer-aed/

Vous désirez aider ? Cliquez sur le bouton ci-dessous, et sélectionner ‘Aide au Sri Lanka’.