fbpx

ACN International

 

ACN Feature Story: Religious Sisters in Russia at the side of the marginalized during COVID-19

06.07.2020 in Adapted by Amanda Bridget Griffin, by Kira von Bock-Iwaniuk

Novosibirsk Russia

 “Sister, come back soon.”
Religious Sisters in Russia at the side of the marginalized due to COVID-19

by Kira von Bock-Iwaniuk, ACN International Projects Department
Adapted by Amanda Bridget Griffin, ACN Canada
Published on the web, July 10, 2020

 

Very few have fallen ill, but all who live in the million-strong West Siberian city of Novosibirsk are affected by the lockdown and its economic impact – particularly those, of course, who already were living on the fringes of society prior to the crisis: the poor, the unemployed, the elderly and children from lower-income families. They are who the religious Sisters of the Roman Catholic Diocese of the Transfiguration at Novosibirsk have now focused most of their attention. They spoke with the international Catholic charity Aid to the Church in Need about the challenges they are facing during these times of the pandemic.

 

In Russia, the first confirmed case of COVID-19 was registered as early as January 20. This case was followed by just over half a million infected, 7,478 deaths and what is assumed to be a much higher number of unknown cases (as at June 17). In response, a nationwide lockdown was imposed, which is only gradually being eased now. Moscow is at the epicentre of the crisis; however, the virus continues to spread across Siberia, but to a much lesser extent. In the metropolitan area of Novosibirsk alone, 4,604 cases of Coronavirus have been registered, 62 people have died.

 

Even in times not marked by pandemic, the work of these religious is a Herculean task. Sister Theresa Witschling, a religious of German descent of the Daughters of Charity of Saint Vincent de Paul, describes it as follows, “Russia – Siberia; the people call this region ‘a house without a roof’. A region that, throughout its history, has accepted countless exiles and people forced to relocate. Many of them died a martyr’s death. They starved to death, died performing forced labour under inhumane conditions, were killed by the cold. The long, cold winters and the short, hot summers make it unmistakably clear: life here is not easy.”

 

Approximately one million people with Catholic roots live in the Diocese of the Transfiguration in West Siberia (extending across an area of 2 million square kilometres), most are of Ukrainian, Polish or German descent. About 40 priests serve in its 70 parishes, travelling enormous distances as they go about their ministry. Without the assistance of the religious Sisters, it would be impossible to provide pastoral care for the faithful living scattered across the diocese.

 

For this reason, Sister Theresa and two fellow religious relocated to Siberia in 2015 in spite of the inhospitable conditions. Since then, the Daughters of Charity have operated a state-run and a church-run children’s centre in Slavgorod, a town located southwest of Novosibirsk. “Most of the children here are from lower-income families and have a difficult home life with practically no parental care. No matter whether both parents are out working all day for little pay or one of the parents has found work in another country and is gone for months at a time to secure the family’s livelihood, the children are left to their own devices far too often.” The religious do homework with them, offer a range of cultural projects and make sure that one hundred children have access to a paid school lunch, often the only warm meal the children receive all day. In addition, twice a year – in the summer and in the winter – they invite the children to spend “holidays with God.” But everything changed with the pandemic. “It has made our work here more complicated. Many people have lost their jobs, or at least their wages have been cut. They knock on our door asking for help, if only for a piece of bread for the children.”

 

The religious have begun sewing masks; as everywhere else in the region, there are not enough face masks available, and they hand them out to those in their care. The religious are particularly beloved among the homeless of the city. “These people all have their painful memories and emotional wounds. They do not come to us solely for material assistance. They are just grateful to receive a little kindness and warmth.” However, this is not the only thing that gives the people comfort and hope. “We thank God that we are able to celebrate the Eucharist every day. We are holding daily worship services in response to the pandemic. At the end of the service, the priest goes out on the street with the monstrance and blesses the parish and city with the divine offerings.”

 

 

Overcoming distance

In Surgut, 1,000 kilometres north of Novosibirsk as the crow flies, two Angelic Sisters of Saint Paul from Poland have become veritable angels for 140 homeless people in a social rehabilitation facility – organizing clothing and food drives in the parish, which have become crucial to survival in these difficult times.

 

The religious community first came to Surgut in 2011, taking up permanent residence there in 2015 to support the pastoral ministry of the parish of St. Joseph. This is the only place that has a “real” church. Thanks to the initiative and generosity of a number of Catholics, additional chapels have been set up in private homes in Noyabrsk, located 320 kilometres from Surgut, and in Kogalym, located 190 kilometres away. Every two weeks, the Sisters visit these chapels in the company of a priest – at least they did in normal times. “It is important to build up personal relationships with the faithful,” Sister Tereza Jakubovska explains. Her dream is to have chapels available in all places where there are Catholics. More crucial than ever, and therefore more sorely missed, is the ability to participate in divine services. Like many other religious communities, the Angelic Sisters in Surgut are broadcasting Holy Mass live every day to offer daily spiritual encouragement. “This ensures that we keep in touch.”

 

This is also the objective of Sister Aljona Alakschova of the Dominican Sisters of Bethany, who, together with a fellow religious, has been serving in the Parish of the Divine Mercy in Ishim for 20 years. “There are few Catholics here and those who are here live scattered across the local villages. When they take the bus to attend Holy Mass on Sundays or feast days, they know that they will have to wait for long periods of time before they can travel back in the late afternoon. We shorten their wait by serving them meals and talking with them. There is no better opportunity to get to know the people in the parish,” Sister Aljona confirms. “Everything has become more difficult since the Coronavirus. Public transportation runs even more seldomly, private shared taxis arrive sporadically and rarely according to schedule. This makes it difficult for us to visit those who are sick and to bring groceries and medicines to elderly people who have no one else.” Divine services now have to be celebrated without the congregation. However, necessity has always been the mother of invention. The religious have now set up a WhatsApp group, which connects parish members and keeps everyone up to date. This service is also used to send out the links to livestream services.

 

The lockdown presents a challenge to all communities of religious sisters in the diocese. The Sisters of Saint Elizabeth in Novosibirsk miss visiting parish members. “Through our regular visits we became friends. They often said to us as we took our leave, ‘Please don’t leave me, Sister. Please come back!’” This is where the good old telephone comes in, it helps the Sisters of Saint Elizabeth in Novosibirsk stay in touch with all those who are not yet part of the worldwide network, particularly older people who suffer the most under social distancing.

 

Like most congregations, the Servants of the Lord and the Virgin of Matará in Omsk have shifted their pedagogical efforts completely into the virtual realm. They teach catechesis via video conferences, have made short videos together with adolescents to boost morale and have developed lively pedagogical activities for the province of their monastic order that are being used far beyond the borders of Omsk. “We hope that our work inspires adolescents to think about God’s word, even in these times of the Coronavirus. We pray that these, from a human perspective terrible times, will help us and all people to grow in faith, in hope and in love for God and our neighbours,” Mother Maria Glum explains.

 

Prayer: The most powerful remedy

The Carmelites in Novosibirsk, the only contemplative community in the diocese, are battling this pandemic with the most powerful instrument that we Christians have – prayer. Sisters Teresamaria, Christina and Agnija write, “We pray for the healing of the sick, comfort for those who are suffering, relief for medical workers and for the protection of the most vulnerable groups of people against infection. We also pray for the scientists who are working to develop medicines and a vaccine for the virus and have not forgotten those working in government, who have to solve far-reaching socio-economic problems. In gratitude for the aid that we receive from you, we also include ACN and its benefactors in the prayers we offer up to Our Lord.”

 

ACN supports all 68 religious Sisters who are serving at 18 locations in the Diocese of the Transformation at Novosibirsk. “It would not merely be a disappointment, but a catastrophe, for the religious Sisters” if this aid were discontinued, the local bishop, Msgr. Joseph Werth, confirms. This is even more true in these times of crisis, when collections are no longer being taken in the parishes.

 

For many decades, ACN has also supported the communities of religious in the other three Roman Catholic dioceses in Russia (Moscow, Irkutsk and Saratov) with educational and subsistence aid as well as funding for building projects, the renovation of housing and for transportation.

 

Let us continue in our efforts to unite and support those who need us most!

 

Entretien AED : Russie « Ma sœur, revenez-moi bien vite ! »

06.07.2020 in ACN International, Annie Desrosiers, COVID19, PROJETS AED, Russie

Novossibirsk, Russie

« Ma sœur, revenez-moi bien vite ! »
Les religieuses en Russie restent aux côtés des personnes marginalisées pendant la crise du coronavirus.

Par Kira von Bock-Iwaniuk, Département des projets, AED Internationales
Adaptation : Annie Desrosiers, AED Canada
Publié sur le web le 10 juillet, 2020

Seule une minorité est tombée malade ; néanmoins, le confinement et ses conséquences économiques frappent tous les citoyens de Novossibirsk, métropole de 1,5 million d’habitants en Sibérie occidentale. Parmi eux, les personnes les plus touchées sont naturellement celles qui, déjà avant la pandémie, vivaient en marge de la société : les pauvres, les chômeurs, les personnes âgées, les enfants issus de familles socialement vulnérables. Actuellement, les religieuses du diocèse catholique romain de la Transfiguration de Novossibirsk se concentrent particulièrement sur cette frange fragile de la population. Les religieuses évoquent à l’œuvre internationale de bienfaisance catholique Aide à l’Église en Détresse (AED), les défis qu’elles doivent affronter en cette période de pandémie.

 

En Russie, le premier cas confirmé de COVID-19 avait déjà été enregistré le 20 janvier 2020. Depuis, environ un demi-million de malades et 7478 décès ont été enregistrés (au 17 juin 2020) ; le chiffre réel étant probablement nettement plus élevé. Cette situation a provoqué la mise en place de mesures de confinement dans tout le pays, qui ne sont relâchées que très lentement. Moscou est au cœur de la crise, mais en Sibérie également, la maladie se propage, même si c’est à moindre échelle. Rien que dans la zone urbaine de Novossibirsk, 4604 cas de coronavirus et 62 décès ont été enregistrés.

 

Même sans cette pandémie, le travail des religieuses s’apparente à une tâche herculéenne. Membre de la congrégation des Filles de la Charité de Saint-Vincent-de-Paul, la religieuse d’origine allemande Sœur Theresa Witschling résume la situation ainsi : « Russie – Sibérie ; une terre connue comme ‘une maison sans toit’. Un pays qui, au fil de son histoire, a vu l’arrivée d’innombrables exilées et personnes déplacées de force. Parmi celles-ci, beaucoup sont morts en martyrs. Que ce soit de faim, de travail inhumain, de froid. L’hiver sibérien, long et rude, et les étés courts et caniculaires montrent clairement qu’ici, la vie est très difficile. »

 

Environ un demi-million de personnes avec des racines catholiques, majoritairement d’origine ukrainienne, polonaise ou allemande, vivent dans le diocèse de la Transfiguration en Sibérie occidentale sur une superficie de 2 millions de km2. Une quarantaine de prêtres s’occupent des 70 paroisses. Pour cela, il leur faut parcourir d’immenses distances. Sans l’aide des religieuses, le suivi pastoral des fidèles très dispersés serait absolument impossible.

 

Voilà pourquoi Sœur Theresa est venue en Sibérie en 2015 malgré les circonstances inhospitalières, en compagnie de deux autres religieuses. Depuis, les Filles de la Charité de Saint-Vincent-de-Paul s’occupent d’un centre public et d’un centre appartenant à l’Église pour les enfants de Slavgorod, au sud-ouest de Novossibirsk. « La plupart des enfants sont originaires de familles en difficulté et socialement vulnérables, où les soins parentaux font défaut. Quelle que soit la situation, que les deux parents travaillent toute la journée pour un faible salaire, ou qu’un des parents travaille des mois durant à l’étranger pour assurer la survie de la famille, les enfants restent beaucoup trop souvent livrés à eux-mêmes. » Les religieuses les aident à faire leurs devoirs, proposent différents projets culturels et veillent à ce que le déjeuner d’une centaine d’enfants soit payé, car ce sera souvent le seul repas chaud de la journée. Par ailleurs, deux fois par an, en été et en hiver, elles invitent les enfants à participer au programme « vacances avec Dieu ».À cause de la pandémie, tout cela a changé. « Notre travail ici est maintenant devenu plus compliqué. Beaucoup de gens ont perdu leur emploi ou ont subi une réduction de leurs salaires. Ils frappent à nos portes et nous demandent de l’aide, ne serait-ce qu’un morceau de pain pour les enfants. »

 

Les religieuses ont commencé à coudre des masques de protection, car il n’y en a pas assez dans la région, et elles les distribuent à leurs protégés. Les personnes sans domicile fixe de la ville aiment particulièrement les religieuses. « Tous ces gens ont des souvenirs douloureux et des blessures à l’âme. Ils ne viennent pas seulement nous voir pour l’aide matérielle que nous leur fournissons. Ils sont simplement reconnaissants de trouver ici un peu de cordialité et de chaleur. » Toutefois, ce n’est pas uniquement ce qui donne aux gens consolation et espérance : « Nous rendons grâce à Dieu de pouvoir célébrer l’Eucharistie tous les jours. En réponse à la pandémie, nous avons un temps d’adoration quotidien de la Sainte Eucharistie. À la fin, le prêtre descend dans la rue avec l’ostensoir et bénit avec le Seigneur la communauté et la ville.»

 

Surmonter les distances

À Sourgout, à un millier de kilomètres à vol d’oiseau au nord de Novossibirsk, deux religieuses polonaises de la Congrégation Sœurs angéliques de Saint-Paul incarnent véritablement des anges pour les 140 personnes sans domicile fixe dans un foyer de réinsertion sociale. Elles organisent dans la paroisse des collectes de vêtements et de nourriture, ce qui est particulièrement vital en ces temps difficiles.

 

La communauté est venue pour la première fois à Sourgout en 2011 et elle s’y est établie en permanence depuis 2015 pour soutenir les activités pastorales dans la paroisse Saint-Joseph. Ce n’est qu’ici qu’il y a une « véritable » église. Grâce à l’initiative et à la générosité de certains fidèles, il a également été possible d’installer des chapelles dans des maisons particulières à Nojabrsk, à 320 km de Sourgout, ainsi qu’à Kogylam, à 190 km de la ville. En temps normal, les religieuses s’y rendaient régulièrement toutes les deux semaines en compagnie d’un prêtre. « Ce qui est important, c’est la relation personnelle avec les fidèles », constate Sœur Tereza Jakubowska, en rêvant d’autres chapelles pour les catholiques de la région. Participer à la messe est plus important que jamais, et cela manque donc d’autant plus douloureusement en raison de la pandémie. Voilà pourquoi, comme beaucoup d’autres communautés, les Sœurs angéliques de Sourgout diffusent tous les jours en direct la sainte messe et envoient une méditation pour la journée. « Ainsi, nous restons en contact. » Sœur Aliona Alakchova est une religieuse de la communauté des Dominicaines de Béthanie et œuvre à Ichim depuis 20 ans, dans la paroisse de la Miséricorde divine. « Il y a peu de catholiques ici, et ils vivent très disséminés dans les villages des environs. Lorsqu’ils viennent en bus aux messes du dimanche ou des jours de fête, ils acceptent de se plier à de longues heures d’attente avant de pouvoir repartir en fin d’après-midi. Nous nous efforçons de rendre leur attente plus agréable en les accueillant chez nous et en leur parlant. C’est la meilleure possibilité de faire connaissance avec les habitants de la communauté », souligne Sœur Aliona. « En cette période de COVID-19, tout est devenu difficile. Les transports en commun circulent encore moins, les taxis collectifs privés viennent irrégulièrement et respectent rarement les horaires. Pour nous, il est donc devenu difficile de nous rendre au chevet des malades, de faire des courses pour des personnes âgées et seules, ou de leur apporter des médicaments. » Les messes doivent maintenant se dérouler sans la présence physique des fidèles. Mais le besoin encourage la créativité : les religieux ont mis en place un groupe WhatsApp pour connecter toute la communauté et la tenir au courant grâce à ce réseau. Cela permet aussi de partager les liens pour la diffusion en direct des offices religieux en ligne.

 

Toutes les congrégations de religieuses de l’évêché luttent avec les difficultés dues au confinement. Les visites auprès de leurs paroissiens manquent cruellement aux Sœurs de Sainte Élisabeth à Novossibirsk : « Au fil de nos visites régulières, nous nous sommes liés d’amitié. Souvent, lorsque nous partons, ils nous disent : ‘Ne m’abandonnez pas, ma Sœur, revenez-moi bien vite !‘ » Dans ce cas, les religieuses ont recours au bon vieux téléphone. Il permet également aux Sœurs de Sainte Élisabeth de Novossibirsk de rester en contact avec tous ceux qui ne sont pas encore à l’aise sur Internet, en particulier avec les personnes âgées, qui souffrent beaucoup plus de la distanciation sociale.

 

Comme la plupart des congrégations, les Servantes du Seigneur et de la Vierge de Matará à Omsk ont transposé dans le monde virtuel la totalité de leurs activités pédagogiques. Elles enseignent la catéchèse par visioconférence, tournent même de petites vidéos encourageantes avec quelques adolescents et élaborent à l’échelon de la province de leur congrégation des activités très poussées, dépassant largement la circonscription d’Omsk. « Notre objectif est d’inciter les adolescents à réfléchir à la Parole de Dieu, même pendant cette pandémie. Nous prions pour que cette période tellement grave d’un point de vue humain nous amène ainsi que tous les hommes à grandir dans la foi, l’espérance et l’amour de Dieu et du prochain », explique Mère Maria Glum.

 

La prière : le plus puissant des remède

Seule communauté contemplative du diocèse, les Carmélites de Novossibirsk opposent à la pandémie la défense la plus puissante dont nous disposons comme chrétiens – la prière. Les religieuses Sœurs Teresamaria, Christina et Agnija écrivent : « Nous prions pour la guérison des malades, la consolation pour ceux qui souffrent, l’aide pour les professionnels de la santé et la protection contre la contagion pour les groupes de personnes les plus vulnérables. Nous incluons aussi dans nos prières les scientifiques qui travaillent sur le développement de médicaments et d’un vaccin contre le virus, et nous n’oublions pas les gouvernants qui doivent résoudre des problèmes socio-économiques de portée mondiale. Pleines de reconnaissance pour l’aide que nous recevons de votre part, nous incluons toujours l’AED et ses bienfaiteurs aux prières que nous offrons au Seigneur. »

 

L’AED soutient 68 religieuses qui vivent dans 18 villes du diocèse de la Transfiguration, de Novossibirsk. « Si ce soutien faisait défaut, ce serait non seulement une déception pour les religieuses, mais une catastrophe », confirme l’évêque local, Mgr Joseph Werth – c’est d’autant plus vrai dans cette crise durant laquelle il n’y a également plus de collectes dans les communautés.

 

Depuis de nombreuses décennies, l’AED soutient également les communautés de religieuses des trois autres évêchés catholiques romains à Moscou, Irkoutsk et Saratov, au travers de bourses de formation et d’aides à la subsistance, lors de la construction et de la rénovation des couvents des religieuses et pour se procurer des moyens de transport.

 

Unissons-nous pour continuer de leur offrir ce soutien dont elles ont tant besoin !

https://secure.acn-canada.org/fr/appuyer-aed/

Projet de la semaine AED – Égypte : une pause estivale qui nourrie

18.06.2020 in ACN International, Adaptation Mario Bard, COVID19, Eglises du monde, Égypte

Projet de la semaine AED – Égypte
Activités pastorales estivales à Alexandrie

À Alexandrie, ville fondée il y a plus de 2000 ans et siège d’une nouvelle bibliothèque rappelant la mythique et légendaire institution de l’Antiquité, 290 enfants et adolescents attendent l’été avec impatience.

En effet, l’Éparchie copte catholique d’Alexandrie organise tous les ans, de juin à septembre –dans l’église paroissiale d’El-Khsou –, un programme d’été diversifié et intéressant.  Grâce à celui-ci, les participants, des plus jeunes aux plus grands, qu’ils soient à l’école primaire et ou à l’université, peuvent approfondir leur foi, mieux connaître les Saintes Écritures, expérimenter la communion avec les jeunes de leur âge et ressentir leur appartenance à l’Église catholique, dont les membres vivent habituellement parsemés et minoritaire en Égypte.

Adaptation de programmes en ligne

Les photos de l’année dernière montrent à quel point ces activités font plaisir aux jeunes. Par contre, cette année, la pandémie de coronavirus a contrecarré ces projets. Cependant, les organisateurs ont trouvé une solution pour ne pas avoir à annuler le programme. Désormais, la plupart des activités auront lieu en ligne.

 

L’AED soutient le programme d’été à hauteur de 6 750 $.

 

https://secure.acn-canada.org/fr/appuyer-aed/

Vous désirez soutenir ce projet ou tout autre projet semblable ? Cliquez sur le bouton ci-dessous, et sélectionner ‘Projet de la semaine’.

AED – COVID-19 : « Pourquoi avez-vous si peur ? »

28.05.2020 in ACN International, adaptation : Mario Bard, CAMPAGNE AED, COVID19, Haiti, Ukraine

Ukraine : Sœur ­Magdalena apporte la consolation.

COVID-19
«Pourquoi avez-vous si peur?»

«Cum Petro per Mariam ad Jesum» — à travers tous les âges, ce fut toujours le chemin des chrétiens vers Dieu. C’est encore le cas par temps de coronavirus.

Propos recueillis AED International
Adaptation : Mario Bard, AED Canada
Publié sur le web le 28 mai, 2020

Le nouveau coronavirus ébranle le monde. Comme une tempête, il renverse toutes les garanties. C’était la même situation quand Jésus demanda aux disciples, dans la barque : « Pourquoi avez-vous si peur ? N’avez-vous pas encore la foi ? » (Mc 4,40). Les actes d’amour de tous les serviteurs de Dieu que nous aidons depuis des années dans leur détresse sont comme des réponses vivantes. Par exemple, quand les Sœurs Borroméennes, aux Philippines, apportent des colis alimentaires aux familles pauvres et confinées. Ou quand les « petites communautés chrétiennes » en Inde, avec leurs évêques et leurs diacres, distribuent dans la rue de l’eau, des masques de protection et des désinfectants. Et quand Sœur Magdalena à Kiev rend visite aux personnes âgées et malades, leur donnant ainsi une réponse par ses œuvres d’amour. Tout comme Mgr Désinord Jean, en Haïti, qui sonne la cloche pour appeler les fidèles à prier contre la pandémie.

 

Quels exemples de charité ! En Haïti, les gens n’ont rien. Une personne sur deux vit en dessous du seuil de pauvreté. Quatre Haïtiens sur cinq sont au chômage. La vie publique s’est arrêtée, car une flambée de l’épidémie précipiterait le pays le plus pauvre du monde occidental dans un abîme profond.

Pour les pauvres, la situation n’est pas très différente en Inde. Sœur Christin Joseph, qui dirige les « petites communautés chrétiennes », organise ce temps de coronavirus : « Nous avons introduit la prière familiale. Tous les jours à 19 heures, la famille se rassemble et prie le chapelet pour les personnes atteintes du coronavirus, partout dans le monde. » Elle sait que la plupart des personnes en prière sont des travailleurs journaliers sans sécurité sociale. L’arrêt du travail les prive du peu qu’ils ont. Ils sont nombreux à regarder l’avenir avec inquiétude. Mais leur foi est vivante.

Les nombreux prêtres du monde entier qui ont accompli leur mission sacerdotale au service des malades du coronavirus jusqu’à leur mort ont donné la même réponse. Ils croyaient. Dans la barque, les disciples effrayés ont crié : « Nous allons périr ! » Ils manquaient de foi. Mais après Pâques, ils se sont affermis les uns les autres. Pierre et Marie étaient les piliers visibles de la jeune Église. C’est encore le cas aujourd’hui. Nos frères et sœurs en détresse sont des piliers invisibles, mais les témoins de la foi, dans cette crise.

 

 

https://secure.acn-canada.org/fr/appuyer-aed/

.

 

 

Projet de la semaine AED – Pérou : formation catéchétique dans les Andes

26.05.2020 in adaptation : Mario Bard, Pérou

Pérou

Formation catéchétique dans les Andes

Info du département des projets, AED International
Mise en ligne le 26 mai, 2020

Certains points de la prélature de Chuquibambilla sont très élevés et peuvent atteindre jusqu’à 5000 mètres d’altitude, et ce, dans l’une des régions les plus pauvres du Pérou : les Andes.

Quatorze prêtres y exercent leur ministère dans des conditions difficiles : près de 100 000 fidèles vivent éparpillés dans des villages souvent isolés. Les distances sont grandes, les chemins de mauvaise qualité. À maints endroits, il n’y a ni électricité, ni téléphone, ni même Internet. Pendant la saison des pluies, de nombreuses routes deviennent impraticables et des inondations s’y produisent régulièrement.

Donc, les prêtres ne visitent que rarement de nombreux villages. C’est pourquoi le travail des catéchistes qui vivent dans ces villages et qui y sont responsables d’une grande partie de la vie de l’Église est d’autant plus important. Ils préparent les gens à recevoir les sacrements, prient avec eux et les instruisent dans la foi.

Cependant, il faut que les catéchistes connaissent bien les fondements de foi qu’ils transmettent. Or, la plupart d’entre eux sont des gens sans instruction théologique. La prélature a donc mis en place des formations afin que ces bénévoles engagés puissent obtenir les outils nécessaires à leur mission. Pour y arriver, ceux qui savent à peine lire et écrire suivent d’abord un cours d’alphabétisation.

Par ailleurs, du matériel pédagogique a été produit en langue quechua, majoritairement parlée par la population autochtone. La plupart des gens de cette région ne parlent pas espagnol.

Le dernier cours de ce genre a été donné il y a onze ans. Une nouvelle formation doit maintenant avoir lieu. Toutes les paroisses de la prélature envoient des candidats, car les catéchistes font partie intégrante de la vie ecclésiale.

L’Aide à l’Église en Détresse voudrait soutenir cette formation si importante à hauteur de 22 500 dollars.

https://secure.acn-canada.org/fr/appuyer-aed/

Entrevue AED – COVID-19 : créativité et confiance en Dieu pour contrer la crise

25.05.2020 in adaptation : Mario Bard, by Tobias Lehner, COVID19, PROJETS AED

Entrevue AED – COVID-19
créativité et confiance en Dieu pour contrer la crise

Propos recueillis par Tobias Lehner, AED International
Adaptation : Mario Bard, AED Canada
Publié sur le web le 25 mai, 2020

 

L’AED soutient le travail de l’Église face à la pandémie de Coronavirus

Le coronavirus n’est pas seulement un problème médical, social et économique. C’est aussi un problème pastoral. Depuis le déclenchement de la pandémie, l’œuvre pontificale Aide à l’Église en Détresse (AED) a reçu de nombreux témoignages de solidarité de la part de ses partenaires de projets à travers le monde, mais elle a également été informée des besoins croissants et de l’engagement héroïque des prêtres et des religieux dans la lutte contre la COVID-19. En réponse, l’œuvre a lancé un programme spécial pour soutenir cet engagement. Tobias Lehner s’est entretenu avec Regina Lynch, directrice des projets de l’AED, à propos de l’aide actuelle et de l’engagement de l’Église dans le cadre de la crise du Coronavirus.

 

Regina Lynch, directrice des projets de l’AED Photo: Ilona Budzbon

Quels sont les besoins les plus urgents que vos partenaires de projet vous indiquent en cette période de pandémie?

Nos partenaires de projet en Afrique, en Asie, en Amérique latine et en Europe centrale et orientale nous parlent beaucoup de besoins médicaux que des effets des restrictions sur la vie quotidienne de l’Église. Nous devons savoir que dans la plupart des pays où l’Aide à l’Église en Détresse soutient l’Église locale, les gouvernements ont appliqué les mêmes restrictions qu’ici, dans nos pays donateurs. Cela signifie qu’il n’y a pas de messes publiques, pas de rassemblements publics, que les écoles sont fermées et que de plus en plus de personnes ont des difficultés pour gagner leur vie. Et ce dans des pays où, la plupart du temps, les chrétiens sont minoritaires — parfois persécutés — et appartiennent en majorité aux classes les plus pauvres de la société. Dans beaucoup de nos pays partenaires, la quête pendant la messe dominicale est ce qui garantit la survie de la paroisse. D’ailleurs, cette quête en argent est souvent remplacée par des poulets, des légumes, du riz, etc. Elle permet au prêtre de manger, qu’il puisse payer les religieuses qui sont au service de la paroisse. Il peut aussi, par exemple, acheter de l’essence pour sa moto afin de rendre visite aux malades, ou même avoir une petite somme pour aider les plus pauvres de ses paroissiens.

 

Quels sont les projets sur lesquels se concentre l’AED en ce temps de crise?

En tant qu’œuvre de bienfaisance pastorale, l’AED veut aider l’Église locale à mener à bien sa mission première qui consiste à porter l’Amour et la Parole de Dieu au peuple, et veiller à ce qu’elle ne soit pas entravée dans cette mission par un manque de moyens financiers. Cela signifie que nous fournissons des aides de subsistance aux prêtres et aux religieuses, tant actives que contemplatives. Nous avons aussi continué à aider les séminaires, car dans de nombreux cas les séminaristes sont confinés et le recteur n’a aucun moyen de s’occuper d’eux. Par exemple, au grand séminaire de Goma, en République Démocratique du Congo (RDC), le recteur nous a envoyé un SOS, car il ne pouvait plus compter sur la population locale pour l’aider à nourrir les séminaristes.

Nous fournissons non seulement des fonds pour l’achat de masques et d’autres vêtements de protection aux prêtres, religieuses et séminaristes, par exemple au Chili ou en Ukraine, où ils continuent de rendre visite à leurs paroissiens, en particulier aux malades ou aux mourants. Enfin, pour que la messe et le message de l’Évangile puissent parvenir aux fidèles chez eux par le biais de la télévision ou la radio, nous avons financé les équipements techniques nécessaires.

En Syrie, les chrétiens luttaient déjà pour survivre après neuf ans de guerre, nous lançons un programme spécial pour permettre à chaque famille d’acheter de la nourriture et des articles sanitaires de protection contre la pandémie. Au Pakistan, un autre pays où les chrétiens sont victimes de discrimination et parfois de persécution en raison de leur foi, nous travaillons à un programme d’aide après avoir entendu de l’Église que les chrétiens ne recevaient pas d’aide d’urgence de la part du gouvernement.

 

 

L’AED a lancé un programme d’urgence afin que les prêtres et les religieuses puissent faire face aux défis de la pandémie de Covid-19. Qu’avez-vous fait jusqu’à présent et quelles sont les prochaines étapes?

Depuis le mois de mars, grâce à la générosité de nos bienfaiteurs, nous avons réussi à envoyer plus de 385 000 offrandes de messe (5 250 millions de dollars) à plus de 10 500 prêtres. Plus de la moitié d’entre elles ont été versées à l’Église en Afrique, le continent où l’Église et les vocations sacerdotales continuent de croître, mais où l’Église est confrontée au défi d’une forme de plus en plus agressive d’Islam, à des conflits et des catastrophes naturelles. Jusqu’à présent, nous avons promis plus de 1,2 million de dollars d’aide de subsistance aux religieuses de toutes les parties du monde, et d’autres demandes continuent d’affluer.

Cela a toujours été une préoccupation forte en particulier en ce qui concerne notre aide à l’Europe centrale et orientale et à l’Amérique latine, où les religieuses non seulement enseignent le catéchisme ou préparent les fidèles aux sacrements dans les régions isolées de Sibérie ou des Andes, mais où elles s’occupent aussi des orphelins, des personnes âgées abandonnées ou des jeunes filles obligées de se prostituer. L’un des effets de la crise de la COVID-19 est que nous recevons pour la première fois des demandes d’aide en provenance de diocèses qui, jusqu’à présent, se débrouillaient sans notre aide. Un exemple est le diocèse de Kamianets-Podilskyï en Ukraine, où normalement la paroisse rémunère les religieuses. Compte tenu de l’absence de messe dominicale et de la pauvreté croissante des fidèles, l’évêque ne peut plus donner aux religieuses ce dont elles ont besoin pour survivre.

Qu’en est-il de l’aide en Asie, point de départ de la pandémie de Coronavirus?

L’archevêque de Chittagong au Bangladesh nous a envoyé un appel urgent pour les religieuses qui travaillent dans son archidiocèse. Les écoles, foyers et dispensaires étant fermés, il n’y a plus de revenus pour payer les sœurs. Même avant la crise, les faibles contributions que les fidèles pouvaient leur accorder pour leur subsistance étaient insuffisantes, mais maintenant la situation est devenue dramatique.

À Mymensingh, les religieuses de la Sainte-Croix et l’évêque utilisent tout l’argent disponible pour aider la population qui souffre. Elles ont besoin de vivre et c’est là que l’AED peut aider. En temps normal, les Sœurs de la Sainte-Croix, comme beaucoup de religieuses dans les pays en développement, enseignent l’Évangile et transmettent également aux gens les compétences dont ils ont besoin afin de sortir de la pauvreté.

 

Dès le début, l’AED s’est consacré non seulement aux communautés apostoliques, mais aussi aux contemplatives. Quelle est leur situation?

Nous ne devons pas oublier les religieuses contemplatives qui ont répondu avec enthousiasme à notre campagne de prière au début de la pandémie de Covid-19, mais qui dépendent aussi de la générosité des fidèles et de leurs propres petites initiatives qui génèrent des revenus pour survivre. Par exemple en Bolivie, les Carmélites de Santa Cruz, peinaient déjà à survivre, notamment grâce à la production d’hosties pour la messe, mais étant donné les restrictions actuelles, il n’y a pas de demande d’hosties, et l’archidiocèse de Santa Cruz fait donc appel à l’AED pour aider les religieuses à traverser cette période difficile.

Nous prévoyons continuer ces projets de soutien aux prêtres et aux religieuses au cours des prochains mois, car même si, dans certains pays, les messes publiques commencent à reprendre, la situation économique va s’aggraver et notre aide sera plus que jamais nécessaire. Dans d’autres pays, la pandémie fait toujours rage.

 

Quels projets répondants à la crise de la COVID-19 vous ont particulièrement impressionnés?

Il est très difficile de sélectionner un projet. Au Congo, il y a les prêtres du diocèse de Dolisie, qui partagent les allocations de nos intentions de messe avec leurs paroissiens pauvres. Je suis également impressionnée par le dévouement de tant de religieuses qui continuent de travailler en prenant des risques pour elles-mêmes. Les Hermanas Sociales, à Cuba, en sont un exemple. Tout en respectant les restrictions mises en place, elles trouvent toujours un moyen de poursuivre leur travail pastoral et leur prise en charge des personnes âgées vivant seules, ainsi que leur travail social auprès des sans-abri. Il y a les séminaristes du grand séminaire Saint-Pierre et Saint-Paul au Burkina Faso, dont les familles sont devenues des déplacées à cause des attaques terroristes. Ils viennent de perdre l’un de leurs formateurs à cause du coronavirus, et quatre de leurs camarades sont malades. Nous les avons aidés, eux et leurs familles, et nous soutenons maintenant un programme visant à protéger les autres contre le Covid-19. Nous devons aussi reconnaître la créativité de l’Église.

Au Kosovo, dès le début de la crise, Mgr Dode Gjergji, évêque du pays, s’est rendu compte qu’il devait essayer de garder le lien avec ses fidèles malgré l’interdiction des messes publiques, et il nous a demandé de financer du matériel de diffusion de la messe dominicale depuis la co-cathédrale Mère Teresa à Pristina. C’est bien volontiers que nous lui en avons offert, et tout récemment, il nous a dit que lors d’une messe diffusée en ligne en albanais, plus de 50 000 personnes s’étaient connectées. C’est là que l’on voit qu’il ne faut pas sous-estimer le pouvoir des médias. En Afrique, où nous soutenons les différentes initiatives de Radio Maria, l’Église encourage les familles catholiques à devenir une « Église domestique » en cette période de la COVID-19, et à prier encore plus intensément ensemble.

L’AED est une Œuvre pastorale de bienfaisance : dans la vie publique, l’accent est mis sur les secteurs humanitaire et médical. Comment concilier la réponse de l’AED avec ces besoins?

Bien qu’une réponse médicale — et dans de nombreux pays aussi humanitaires — soit absolument nécessaire pour répondre à la crise, c’est d’abord et avant tout la responsabilité des autorités civiles locales. Mais nous savons qu’elle fait défaut dans de nombreux pays où l’AED intervient, et que ce sont des ONG et l’Église qui font ce travail à leur place.

Cependant, alors que le ministère de la charité ou de la diaconie est l’un des ministères de l’Église, la mission pastorale, le soin de l’âme, est première et en cette période de crise, le peuple a plus que jamais besoin de l’Église. Les gens ont peur et n’ont aucune certitude quant à l’avenir. L’Église réconforte et apporte une aide spirituelle et matérielle non seulement à son propre peuple, mais aussi au monde. Nous venons d’accorder une aide de subsistance à quatre religieuses dominicaines âgées et malades à Subotica, en Serbie. Leur supérieure nous a écrit : « Les gens de Subotica sont reconnaissants pour la présence des religieuses, parce qu’elles sont le signe de l’amour de Dieu pour le peuple, le signe de la vie éternelle ».

 

Soyons unis et continuons de donner pour soutenir l’Église en Détresse !

https://secure.acn-canada.org/fr/appuyer-aed/

.

Nouvelles de l’AED – Burkina Faso : aucun arrêt du terrorisme en temps de pandémie

19.05.2020 in Adaptation Mario Bard, AFRIQUE, Burkina Faso, Maria Lozano

Burkina Faso
Aucun arrêt du terrorisme en temps de pandémie

Par Maria Lozano, AED International
Adaptation française : Mario Bard, AED-Canada
Publié sur le web le 19 mai, 2020

Au Burkina Faso, la menace terroriste qui touche plus particulièrement cinq régions du nord et de l’est du Burkina Faso est «éclipsée par la pandémie de la Covid-19», ont affirmé plusieurs sources locales consultées par l’œuvre internationale de charité Aide à l’Église en Détresse (AED). Pour les populations directement touchées par les attaques terroristes, le coronavirus est «un malheur dans le malheur», selon ces mêmes sources.

Les personnes interrogées dans les diocèses de Dori, Kaya et Fada N’Gourma, tous gravement affectés par les conséquences du terrorisme, s’accordent à dire que « la gravité de la situation est la même, voire pire par endroits » qu’avant la pandémie, avec près d’un million de personnes déplacées et l’absence totale de réponse des autorités nationales et internationales.

Dans les départements de Bourzanga (région du centre-nord) et Djibo (région du Sahel), les attaques sont quotidiennes. Selon des sources, des zones entières sont isolées, non pas à cause du confinement dû à la pandémie, mais en raison de l’insécurité complète dont elles souffrent. Les quelques villages encore peuplés abritent des milliers de déplacés internes, mais sont de plus en plus séparés du reste du pays.

Abriter des milliers de réfugiés sous attaque

Cela concerne notamment la ville de Djibo, bloquée par des terroristes depuis la mi-janvier 2020. Comme l’ont décrit les sources consultées par l’œuvre de charité pontificale, « il n’y a pas de transport, pas d’approvisionnement, pas de possibilité d’entrer ou de sortir, il y a pénurie d’eau, de carburant, de nourriture, il y a des coupures d’électricité, etc. ».

Selon le Conseil National de Secours d’Urgence et de Réhabilitation (CONASUR), près de 150 000 déplacés internes vivent à Djibo, la capitale provinciale. Une autre ville subissant le blocus serait Arbinda, qui abrite 60 000 personnes déplacées internes. Ces deux localités sont les dernières enclaves de vie dans la province, et le seul rempart de protection pour beaucoup de personnes face à l’occupation terroriste.

Un prêtre déplacé du diocèse de Kaya, dans la région du centre-nord, a raconté à l’AED une situation similaire : « Les villages sont presque déserts, ils ont perdu leur rythme de vie, bien qu’il y ait encore des signes d’espérance. Dans ma paroisse, où beaucoup de gens ont cherché refuge, il y a des problèmes liés aux besoins fondamentaux. Le problème crucial reste l’eau. Il est très difficile d’obtenir ce précieux liquide, et cela oblige les femmes, avec tous les risques que cela comporte, à retourner dans les villages voisins abandonnés, qui sont menacés par les terroristes, afin de tenter d’en obtenir et de transporter cette eau avec des tricycles ».

Toujours à Kaya, il y a d’importantes communautés, comme à Namisgma et Dablo, qui sont coupées des villes qui les approvisionnaient jusqu’à présent. Et après des attaques répétées, les terroristes se sont installés dans le gros village de Pensa, détachant de facto cette ville du reste du territoire.

Appel au gouvernement national et à la communauté internationale

Selon les personnes qui se sont confiées à l’AED, les autorités locales et nationales partagent le drame que vit la population, mais la plupart du temps, leurs efforts sont vite anéantis faute de moyens conséquents. Beaucoup regrettent qu’à l’extérieur du pays, l’ampleur de la tragédie ne soit pas comprise : « Sur les 75 villages de ma paroisse, il n’y en a plus que dix encore habité. Tout le monde est parti. Compte tenu de l’abandon de certains villages, une grande partie du territoire se retrouve aux mains des terroristes, échappant au contrôle de l’État », souligne un prêtre du diocèse de Kaya, qui a également dû fuir à cause des menaces à l’encontre de sa paroisse.

Bien qu’il y ait une présence de troupes étrangères, principalement françaises, de nombreux Burkinabés sont sceptiques et se plaignent de ne voir aucun résultat. Ils critiquent également le fait que si l’armée nationale disposait des mêmes conditions de transport et d’armement que les forces étrangères, elle pourrait être plus efficace.

En général, la plupart des Burkinabés se sentent impuissants face à ce malheur,
« d’autant plus qu’en ce moment, l’accent est mis sur la pandémie de Coronavirus, oubliant que le terrorisme fait aussi des victimes, encore plus que le Covid-19 », déplore le prêtre.

Nombreux sont ceux qui appellent les autorités à faire preuve de la même détermination et du même sérieux en ce qui concerne l’amélioration de la situation des déplacés internes à l’intérieur du pays et la lutte contre le terrorisme, qu’en ce qui concerne la lutte contre la pandémie. « Les deux dangers sont réels. Nous sommes coincés au milieu. Et il est très difficile de savoir ce qu’il y a de pire. En tous cas, les conséquences sont les mêmes. Ils créent tous deux des situations de mort » – déclare avec affliction un autre partenaire de la Fondation AED, de la région de Fada N’Gourma, qui vient de recevoir une aide pour construire un mur de sécurité dans sa paroisse, après avoir subi de violentes incursions.

Depuis près de cinq ans, le Burkina Faso est frappé par une vague de terrorisme sans précédent. En février 2020, une délégation de la l’oeuvre de charité, AED, s’est rendue dans le pays pour évaluer les problèmes vécus par les chrétiens dans le nord du pays et réitérer la solidarité de l’Église universelle. Selon les données recueillies par l’AED au cours de la visite, le nombre de déplacés internes s’élève à près d’un million de personnes.

Depuis 2019, plus de 1 000 personnes — chrétiens, adeptes de la religion traditionnelle, musulmans et militaires — ont été tuées. Treize prêtres et 193 coordonnateurs pastoraux ont dû quitter leurs zones d’intervention pastorale pour trouver refuge dans des paroisses encore sûres. Il faut préciser enfin qu’au moins huit paroisses sont fermées et sept communautés religieuses de différentes congrégations ont dû fuir vers des endroits plus sûrs.

Récit de l’AED – L’Église catholique au Cambodge : 30 ans de renaissance

05.05.2020 in adaptation : Mario Bard

Récit de l’AED
L’Église catholique au Cambodge : 30 ans de renaissance

Par Christophe Lafontaine, AED International
Adaptation par Mario Bard, AED Canada
Publié sur le web le 5 mai, 2020

Les Khmers rouges au pouvoir au Cambodge ont tué environ 1,7 million de personnes. La moitié des catholiques a alors été décimée. Anéantie, l’Église a cependant connu une nouvelle naissance il y a tout juste 30 ans dans un pays à très grande majorité bouddhiste. Aujourd’hui, la communauté catholique est ultra-minoritaire, mais a su s’insérer dans le pays.

 

 

« Un tout petit groupe ». C’est ainsi que le père Luca, un missionnaire italien qui œuvre au Cambodge depuis des années, définit l’Église catholique dans ce pays. C’est ce qu’affirme le prêtre dans l’un des reportages tournés pour l’œuvre pontificale Aide à l’Église en Détresse (AED). « Les catholiques au Cambodge, précise-t-il, ne sont que 0,15 %, dans un pays où la religion nationale est le bouddhisme, pratiqué par 90 % de la population. »

 

L’Église catholique au Cambodge revient de loin. Le régime de Pol Pot (75-79) réprima toutes pratiques religieuses et culturelles traditionnelles, notamment bouddhistes et chrétiennes. Quasiment toutes les églises ont alors été détruites et de nombreux prêtres et religieux ont péri. La communauté catholique a été l’une des plus meurtries, avec la disparition de 50 % de ses fidèles.

La souffrance et les stigmates sont toujours présents

D’ailleurs, la communauté catholique au Cambodge porte encore les stigmates des années de souffrance. Beaucoup d’églises ont été détruites et d’autres profanées. Le père Totet Banaynaz évoque une église bâtie en 1881 par des missionnaires français, toujours debout, mais qui sous le régime de Pol Pot est devenue « un endroit totalement profane ne suscitant plus aucun respect, une étable pour les vaches et plus tard un moulin à riz. Toute trace de sacré a disparu dans cette église. »

 

Aujourd’hui, il est impossible de la rénover sans aide extérieure. Le père lance d’ailleurs un appel à ceux qui « veulent être missionnaires avec nous ». Ajoutant : « Nous avons quelque chose à leur donner : l’exemple de notre vie, de notre simplicité et de notre souffrance. Je dis toujours à mes fidèles ici : personne n’est à ce point pauvre qu’il ne peut pas donner. Et personne n’est à ce point riche qu’il ne peut pas recevoir. »

Après la reconnaissance officielle des chrétiens au Cambodge en 1990, la liberté religieuse dans le pays fut accordée par la nouvelle constitution de 1993. Au niveau diplomatique, le 25 mars 1994, le Cambodge et le Saint-Siège se reconnurent mutuellement.
Dans le sillage de ces développements, les missionnaires étrangers ont été autorisés à revenir au Cambodge. Et en juillet 1995, le pays vit l’ordination du premier prêtre cambodgien depuis 22 ans. Durant toute cette période, l’Aide à l’Église en Détresse a apporté un soutien pastoral constant au renouvellement de l’Église catholique au Cambodge. 

 

Renaissance de l’Église

En 1979, la guerre avec le Viêt Nam va conduire à la chute du régime des Khmers rouges (Kampuchéa démocratique) et la mise en place d’un régime communiste cambodgien, provietnamien. S’ensuit alors une période de guerre civile qui dura jusqu’à la fin des années 90. Dans cet intervalle, le pays vécut de 79 à 89 sous la férule des communistes vietnamiens qui interdirent également toute forme de religion. À leur chute, l’existence des chrétiens dans l’État du Cambodge fut officiellement reconnue le 7 avril 1990. Sept jours plus tard, il y donc tout juste 30 ans, était célébrée publiquement — pour la première fois depuis 15 ans dans le pays — la messe. C’était pour la vigile pascale et la date est restée comme le signe de la résurrection de l’Église au Cambodge. Le pays comptait alors 3 000 catholiques.

Le Père Totet Banaynaz, missionnaire, nous explique que parmi eux, il y avait une femme âgée, qui pendant 15 ans fut la seule catholique dans son village de Prek-Toal constitué de maisons construites sur des radeaux en bambou, situé à l’embouchure de la rivière qui coule de Battambang au lac Tonlé Sap. « Il n’y avait pas de prêtre, il n’y avait pas de communauté chrétienne pour la soutenir. Mais chaque Noël, elle rassemblait ses voisins et ils célébraient la naissance de Jésus ». Depuis, une église flottante et itinérante a été construite. Le village compte 50 baptisés et chaque année, un nombre croissant d’enfants et d’adultes se préparent au baptême et à la première communion.

Depuis trente ans, dans une population bouddhiste majoritaire, l’Église catholique au Cambodge qui compte un peu plus de 20 000 fidèles, cherche à cultiver la foi — en restant fidèle aux enseignements de l’Église, mais en rendant les paraboles du Christ accessibles aux villageois locaux. Comme en témoigne Mgr Schmitthaeusler, vicaire apostolique de Phnom-Penh, la capitale cambodgienne : « Quand je suis arrivé ici, c’était Noël et j’ai pensé que ce serait bien d’avoir une représentation de la Nativité. Les gens sont très impressionnés de voir comment nous pouvons jouer. Et j’ai vu que c’était le moment d’avoir une grande scène et de commencer, ce que j’appelle, une évangélisation par l’art. »  Pour lui, cela avait du sens : « Le peuple cambodgien a l’art dans le sang. C’est très naturel, des enfants aux adultes, de danser, de chanter », fait-il remarquer pour expliquer comment le riche patrimoine artistique et culturel du Cambodge peut être utilisé à des fins d’évangélisation.

L’évêque insiste aussi sur l’importance du respect mutuel entre les différentes confessions. La Bible étant traduite en khmer, elle est utile pour le théâtre. « Les gens, détaille-t-il, viennent ici et voient que nous respectons leur culture. Beaucoup d’entre eux sont bouddhistes. Mais pas à pas, ils peuvent comprendre le sens de l’Évangile. » Il ajoute qu’« ainsi, étape par étape, nous pouvons comprendre que les arts, l’évangélisation, le respect de la culture, peuvent nous amener à nous comprendre. »

 

Entrevue AED – Mozambique : la guerre silencieuse

28.04.2020 in ACN International, Adaptation Mario Bard, Mozambique

Mozambique
La guerre silencieuse

 

«Il est important que l’on sache ce qui se passe — 52 jeunes ont été massacrés le 7 avril pour avoir refusé de se joindre aux insurgés».

 

Propos recueillis par Maria Lozano, AED International
Adaptation française : Mario Bard, AED Canada

 

Le pape François a été l’une des rares personnes en autorité au niveau international à parler publiquement de la violence terroriste dans la province de Cabo Delgado qui est située au nord du Mozambique. Cette tragédie a été ignorée par beaucoup, et reste inconnue pour bien d’autres. Maria Lozano de l’œuvre internationale de charité Aide à l’Église en Détresse (AED), s’est entretenue avec Mgr Luiz Fernando Lisboa, évêque catholique qui est à la tête du diocèse de Pemba, situé dans la province de Cabo Delgado, pour analyser la situation.

 

 

 

Il y a quelques semaines, nous avons entendu parler d’attaques contre la ville de Mocímboa da Praia, située au nord de votre diocèse. Quelle est la situation là-bas en ce moment?

Ces derniers mois, non seulement Mocímboa da Praia, mais aussi Quissanga et Muidumbe ont été attaquées. Il s’agit de trois localités importantes qui sont victimes d’agressions. À l’heure actuelle, la situation est maîtrisée à Mocímboa da Praia, mais malheureusement il y a eu de nombreux cambriolages. Pendant les attaques, de nombreuses personnes ont fui le village pour se réfugier dans la forêt et y passer la nuit. Certaines personnes sans pitié en ont profité, et de nombreuses maisons ont été dévalisées ; de la nourriture, des vêtements et d’autres biens y ont été volés. La semaine dernière [20 avril], l’un de ces voleurs a été capturé et lynché par la population. Malheureusement, tout ce climat de terreur finit par créer de l’insécurité et favoriser un contexte criminel. Comme la population est fatiguée et très nerveuse, ce qui devait arriver est arrivé.

 

Vous avez mentionné Muidumbe. C’est précisément dans ce district qu’a eu lieu l’attaque la plus récente, le Vendredi saint 10 avril, contre la mission catholique du village de Muambula. Que sait-on d’autre sur cet événement

Sept villages ont été attaqués dans le district de Muidumbe, et ce pendant deux jours au cours de la Semaine sainte. Les attaques ont eu lieu entre autres le village de Muambula où se trouve la mission du Sacré-Cœur de Jésus (hameau de Nangololo). Les assaillants s’en sont pris à l’église et ont brûlé plusieurs bancs ainsi que la statue de Notre-Dame, en bois noir. Ils ont également brisé une statue du Sacré-Cœur de Jésus, patron de la paroisse. Heureusement, ils n’ont pas réussi à brûler toute l’église, mais seulement les bancs.

 

Était-ce la première attaque contre une église?

Ce n’est pas la première attaque contre une église. Environ cinq ou six chapelles ont déjà été attaquées et incendiées, mais c’est aussi arrivé à des mosquées. Toutefois, il semble que dernièrement, l’objectif soit que les églises chrétiennes. Ce qui est tragique pour nous, c’est que cette mission de Nangololo avait près de 100 ans et était la deuxième mission du diocèse. Cette attaque a donc été très affligeante de par son caractère symbolique.

 

Est-il vrai qu’il y a eu un autre massacre dans l’un des villages du district de Muidumbe?

Oui, c’était le 7 avril à Xitaxi. Pour notre plus grande tristesse, 52 jeunes hommes ont été massacrés parce qu’ils avaient refusé de rejoindre le rang des insurgés. Pour nous, ce sont de véritables martyrs de la paix parce qu’ils n’ont pas accepté de participer à la violence, à la guerre et c’est pourquoi ils ont été tués.

 

De combien d’attaques avez-vous eu connaissance depuis le début de l’année 2020?

Je ne connais pas exactement le nombre d’attaques qui ont eu lieu. Comme je l’ai dit, sept villages ont été ciblés rien qu’au cours de la dernière semaine. Aujourd’hui, j’ai lu un rapport qui évoquait 26 attaques pour cette année. Mais honnêtement, je pense que le chiffre est plus élevé.

Les attentats terroristes ont augmenté depuis 2017, le Mozambique est passé d’un pays sûr à un pays jugé à risque par de nombreuses ambassades. Pourquoi le Mozambique est-il devenu le théâtre de la terreur islamique? Que cherchent exactement les terroristes?

 

Je pense que ce changement de perception internationale est dû à la guerre dans le Cabo Delgado. Ici dans le nord, mais aussi dans le centre du pays, il y a eu des attaques contre des convois de passagers, ce qui crée clairement de l’insécurité dans le pays. Cependant, je ne dirais pas que le Mozambique soit une scène de terreur islamique. Les dernières attaques auraient été revendiquées par l’État islamique, mais il y a encore des doutes à ce sujet. Certains disent qu’il s’agirait d’un petit groupe local qui aurait utilisé le nom de l’État islamique, d’autres estiment qu’il s’agit vraiment de l’État islamique. La vérité, c’est que nous ne savons pas. Nous ne savons pas non plus ce qui se cache derrière tout cela, mais nous imaginons que les ressources naturelles sont convoitées. Il y a beaucoup d’intérêts en cause, et ceux qui financent tout cela ont trouvé un terrain favorable en raison de la pauvreté et du manque de perspectives lié au chômage des jeunes. Cabo Delgado a toujours été une province très pauvre, abandonnée de tous, y compris par les autorités. Nous assistons à la somme de tous ces facteurs.

Les auteurs de ces actes d’horreur sont-ils les mêmes partout? D’où viennent-ils?

Comme je le disais, nous ne savons pas exactement qui sont les auteurs de ces actes. Nous avons remarqué qu’auparavant ils ne s’attaquaient qu’à un seul site à la fois, mais ces derniers temps ils agissent en même temps, à au moins deux endroits différents… Nous ne savons pas non plus d’où ils viennent, mais de nombreux rapports avancent que certains d’entre eux sont mozambicains, et que les autres viendraient de Tanzanie et d’autres pays…

 

Mais comment œuvrent-ils? Y a-t-il une zone sous contrôle terroriste ou font-ils des raids pour repartir ensuite?

Je ne sais pas si nous pouvons dire qu’il y a une zone sous le contrôle des terroristes, mais de fait il y a une région où ils agissent davantage. Les habitants des villages voisins ont dû quitter leurs maisons et ne peuvent pas rentrer, parce que les terroristes partent d’ici pour se rendre ailleurs puis reviennent.

 

Ces agressions ont-elles une composante religieuse?

Il est difficile de répondre. Depuis le début, les hautes autorités musulmanes de Cabo Delgado  et de tout le pays se sont démarquées de ces attentats et ont déclaré qu’elles n’avaient rien à voir avec tout cela. Il y a quelques jours, elles ont écrit une nouvelle lettre, la seconde, pour prendre leurs distances. Elles soulignent dans leurs déclarations que l’Islam est une religion de paix et de compréhension mutuelle entre les peuples, entre les religions. Elles ne veulent pas de violence. On ne peut pas dire que ces attaques aient été menées par des groupes religieux. Au Cabo Delgado et dans le reste du Mozambique, nous n’avons jamais eu de problèmes interreligieux, pas même entre responsables religieux. Nous avons à plusieurs reprises agi ensemble : prières, déclarations et marches pour la paix.

 

Les religieuses et les prêtres de la région sont-ils en danger?

Nous avons des religieux, hommes et femmes, dans toute cette région où les attaques ont lieu. Les représentants des autorités, tels que les enseignants et le personnel de la santé, ont quitté la région parce que les bâtiments publics y étaient attaqués. Une grande partie de la population est partie, effrayée. Plusieurs organisations non gouvernementales étrangères qui opéraient sur le territoire sont également parties parce qu’elles étaient menacées. J’ai demandé aux missionnaires de partir, parce qu’en tant qu’évêque diocésain, je suis responsable, étant donné que le risque d’attaques était immédiat et qu’ils étaient les seuls à être restés. Les églises ayant commencé à être attaquées, la violence prenait une tournure religieuse. Je dois les protéger, bien qu’ils veuillent revenir dès que possible pour servir le peuple.

 

Que fait le gouvernement central pour remédier à cette situation?

Le gouvernement central a renforcé les forces de défense. Il participe à ces efforts, mais je ne sais pas s’il serait possible de faire davantage. En tout les cas, il est là pour la défense. Cependant, il y a beaucoup de jeunes dans les forces de défense qui sont là par pure obligation, et au moment des attaques il y a beaucoup de déserteurs qui s’enfuient dans la forêt avec la population. Ils sont très peu préparés et ne savent pas comment faire face à cette situation. Je ressens beaucoup de pitié pour les jeunes qui vont se battre, parce que beaucoup de leurs pairs ont déjà perdu la vie.

Pendant son message de Pâques, le Saint-Père a parlé du Mozambique. Il est l’une des rares voix à avoir brisé le silence…

Oui, le jour de Pâques, après la célébration de l’Eucharistie et la bénédiction urbi et orbi, le Saint-Père a parlé de la situation mondiale, de la pandémie et des divers conflits dans le monde. Pour nous, cela a été très important qu’il cite la crise humanitaire dans le Cabo Delgado, parce qu’il existe une certaine « loi du silence ».

 

Que voulez-vous dire en parlant de la «loi du silence »?

La situation est très grave parce qu’on ne peut pas parler librement. Certains journalistes du pays ont été arrêtés et beaucoup ont vu leurs caméras et leurs appareils-photo confisqués. Il y a un journaliste de la radio communautaire de Palma, Ibraimo Abu Mbaruco, porté disparu depuis le 7 avril. Il est important que l’on sache ce qui se passe et que les organismes internationaux, tels que les Nations Unies, l’Union européenne ou l’Union africaine, agissent. Ici, les gens ont beaucoup souffert. Il y a des centaines de morts, des milliers de personnes qui ont dû quitter leurs maisons. Dans notre province, il y a plus de 200 000 personnes déplacées. C’est une injustice qui crie vers le ciel. Les gens d’ici sont très pauvres, et à cause de cette guerre ils sont en train de perdre le peu qu’ils ont. Je demande de l’aide et de la solidarité pour mon peuple, afin qu’il puisse vivre à nouveau en paix, comme il le désire et le mérite.

(27-04-2020)

Projet de la semaine AED – Brésil : aide à la formation pour les séminaristes d’une communauté nouvelle

15.04.2020 in ACN International, adaptation : Mario Bard, AED Canada, Aide à l'Église en détresse., PROJETS AED, Voyager avec l'AED

Brésil

Aide à la formation pour les séminaristes d’une communauté nouvelle

 

La communauté «Eis aí tua mãe – Obra de Maria» (œuvre de Marie) a été fondée en 1990 au Brésil. Ses membres sont environ 3350 et proviennent de tous les horizons. Ils sont prêtres, diacres, consacrés, mariés et célibataires. Ils forment une grande famille!

 

Au total, la Communauté est présente dans sept pays d’Amérique latine, dans 22 pays africains, en Israël et en Palestine, ainsi qu’en Italie et au Portugal. Une de ses missions consiste à organiser des pèlerinages dans les sanctuaires du monde entier, auxquels participent des milliers de personnes. « L’œuvre de Marie » organise par ailleurs des congrès, des retraites et des concerts au service de l’évangélisation, elle est active dans l’apostolat des médias et la pastorale de la jeunesse et des vocations, et supervise des projets sociaux, entre autres pour les toxicomanes.

 

Les fruits de la communauté

L’un des fruits de la communauté au diocèse est l’augmentation du nombre de vocations sacerdotales. Dans l’archidiocèse brésilien d’Olinda e Recife, 50 jeunes hommes de la communauté se préparent actuellement à la prêtrise. Ils sont originaires du Brésil ainsi que de pays africains comme le Togo, le Bénin et le Mozambique.

 

Les responsables de la communauté nous ont demandé de les aider. En effet, pour cette jeune communauté, c’est un défi que de devoir faire face à la formation des séminaristes, car ils doivent payer eux-mêmes leurs moyens de subsistance, leur logement et leurs frais de scolarité. L’année dernière, nous avons pu soutenir la formation de 23 jeunes hommes grâce à un montant de 123 000 dollars. Nous allons encore les aider cette année.

 

Est-ce que vous aimeriez les aider?

https://secure.acn-canada.org/fr/appuyer-aed/

Vous désirez soutenir ce projet ou tout autre projet semblable ? Cliquez sur le bouton ci-dessous, et sélectionner ‘Projet de la semaine’.