fbpx
X
Faire un don

Aide à l’Église en Détresse en Irak

des cadeaux de Noël pour des enfants de Ninive

C’est un grand entrepôt aux murs blancs et gris. Des douzaines de caisses sont empilées au sol. Ce pourrait être un bâtiment triste, mais c’est maintenant un magasin de rêves. Entre les poutres en ciment et les palettes en bois, des douzaines de mains laborieuses et de visages heureux s’activent avec ardeur. Ces jours-ci, O’Neal, Santa, Reben et de nombreux autres bénévoles de la paroisse chaldéenne d’Erbil en Irak sont devenus les assistants du père Noël.

 

En Irak, dans le quartier d’Ankawa à Erbil, de jeunes bénévoles participent à la mise en sac des cadeaux de Noël pour les enfants.

 

La fête de Noël approche et les enfants irakiens de la plaine de Ninive – comme tous les autres enfants du monde – attendent avec impatience et enthousiasme les journées de fêtes si spéciales qui l’entourent. Pour beaucoup d’entre eux, ce Noël sera différent, parce que ce sera la première fois qu’ils le célébreront chez eux. Depuis l’invasion de leurs foyers par Daech (État islamique) en août 2014, ils avaient dû passer leurs trois derniers Noëls en tant que réfugiés, nomades dans leur propre pays. Comme cet enfant Dieu – né dans une étable, sans domicile fixe –, les enfants des populations chrétiennes de Ninive ont vécu la dernière fête de Noël dans des camps de déplacés ou dans des maisons louées avec l’aide du diocèse d’Ankawa.

Au prix de grands efforts et grâce à l’aide de bienfaiteurs du monde entier, plus de 6 330 familles sont déjà retournées dans les différents villages chrétiens pour y recommencer à vivre ! Beaucoup d’autres familles attendent toujours leur tour.

Irak, quartier d’Ankawa à Erbil : de jeunes bénévoles s’affairent à réaliser les paquets-cadeaux : 15 000 !

15 000 paquets-cadeaux !

Noël est le grand don de Dieu à l’humanité, c’est un message d’espérance pour tous. L’œuvre pontificale Aide à l’Église en Détresse (AED) s’est engagée pour que les enfants irakiens de Ninive – aussi bien ceux qui ont pu retourner chez eux que ceux qui attendent encore de revenir – ne se retrouvent pas sans cadeau ce Noël. C’est pourquoi on peut dire que l’entrepôt d’Ankawa est devenu l’atelier du père Noël, et les vingt jeunes qui aident les religieuses chaldéennes de la communauté des Filles de Marie à accomplir cette tâche sont comme des petits lutins qui travaillent activement pour apporter la joie et l’espérance aux enfants. En tout, ils préparent au total 15 000 paquets qui seront ensuite distribués aux petits enfants
de toutes les confessions dans différents centres de Qaraqosh, Karamless, Bartella et Bashiqua, mais aussi à un grand nombre d’enfants qui sont encore réfugiés dans le quartier chrétien d’Erbil, Ankawa.

Sur leur liste de souhaits ou dans leur lettre au père Noël, le premier cadeau que ces enfants désirent en tout premier lieu est de pouvoir vivre dans un endroit stable où il y a la paix. Leur deuxième souhait est de pouvoir continuer à aller à l’école, et le troisième est d’avoir un endroit pour jouer. Ce sont là des désirs qui ne peuvent pas être emballés, et les bénévoles le savent bien. Cependant, ils sont convaincus que les enfants se réjouiront aussi immensément de recevoir des « choses matérielles qui apportent avec elles la Bonne Nouvelle de la présence de Dieu parmi nous, et portent le sceau de l’amour de Dieu le Père », dit sœur Ni’am, qui est chargée de coordonner le projet. Les colis contiennent ainsi « un manteau d’hiver – indispensable, car dans cette partie de l’Irak, l’hiver est très froid et les températures tombent souvent au-dessous de zéro – des chocolats, et pour ne pas oublier le sens profondément religieux de cette fête, il y a dans chaque paquet une Bible ou un autre livre spirituel, selon l’âge des enfants ».

 

Un effort pour les enfants déplacés de la plaine de Ninive : mise en sac des éléments qui constituent les paquet-cadeaux.

 

 

Les assistants de « l’atelier du père Noël » d’Ankawa remercient l’AED d’avoir lancé cette initiative d’amour et de solidarité avec les chrétiens d’Irak.

« Ce Noël sera joyeux et en même temps douloureux : joyeux parce que beaucoup ont pu retourner chez eux ; et douloureux à cause de l’état de destruction dans lequel se trouvent leurs villes. Également à cause des nombreuses maisons qui sont encore en cendres ou ont été cambriolées, des églises qui ont été détruites, des rues abandonnées et des nombreux amis et parents qui ont quitté le pays » explique sœur Ni’am.

Ce Noël est semblable au tout premier Noël à Bethléem, quand dans la vie de Marie et Joseph, la joie et la souffrance se sont entrelacées lors de l’arrivée de l’enfant Dieu.

Le coût de chaque paquet-cadeau est de 30 $.

Le coût total du projet s’élève à 438 000 $.

L’AED soutient également un projet de Noël pour les enfants d’Alep (109 500 $) et un autre pour aider les familles de réfugiés syriens en Arménie (29 200 $).

Dans cette vidéo, des enfants heureux reçoivent des cadeaux de Noël, grâce à vous : MERCI!


 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents