X
Faire un don

Burkina Faso – Pris entre terrorisme et Covid-19

« Les fidèles fuient le terrorisme contre lequel ils n’ont aucun moyen de résister, mais ils gardent leur foi ».

La situation dans la région du Sahel est préoccupante. Dans une entrevue réalisée par Maria Lozano de l’œuvre pontificale Aide à l’Église en Détresse (AED), avec Mgr Laurent B. Dabire, évêque du diocèse de Dori dans le nord du Burkina Faso, le prélat assure que la situation sécuritaire s’est améliorée mais que le terrorisme est loin d’être contrôlé, encore moins vaincu.

C’est une situation qui continue à avoir un impact fort  sur la vie des gens et de l’Église. Elle est aggravée par la pandémie qui s’avère persistante et changeante. « Nous sommes pris entre deux fronts », explique Mgr Dabire. Malgré cela, les fidèles restent fidèles à leur foi et assistent à la messe en grand nombre. « L’espérance ne trompe pas » (Rm 5, 5) rappelle l’évêque de Dori.

AED : Quelle est la situation générale dans le pays ?
Mgr Dabire : La situation générale dans le pays est mauvaise en raison de la crise sécuritaire et de la pandémie de la Covid-19 qui ont beaucoup éprouvé les populations. Nous sommes pris entre deux fronts. Heureusement, l’incidence du coronavirus est encore faible en Afrique, mais l’augmentation de cas est préoccupante. Une conséquence directe de ces deux crises est la crise humanitaire, tant pour les populations déplacées que pour les populations d’accueil. Malgré la résilience de la population, la situation est très difficile pour les pauvres qui vivent au jour le jour et qui ont perdu leurs moyens de subsistance.

Quelle est la situation dans le diocèse de Dori. Le calme est-il revenu ? Y a- t- il encore des incursions violentes… ?
Après quelques mois d’accalmie (avril-septembre 2020), le territoire diocésain qui correspond à la Région du Sahel burkinabé a subi au moins dix épisodes d’attaques terroristes du 10 septembre 2020 à aujourd’hui. La population continue de quitter les villages à cause des attaques ou à la suite d’injonctions de quitter la zone, sous peine d’être massacrés. Cependant, ces attaques ont diminué en nombre et font moins de victimes. On peut donc dire qu’il y a une amélioration du climat sécuritaire, même s’il reste impossible de circuler dans certaines zones qui restent dangereuses en raison de la présence ou des opérations de groupes terroristes.

L’Église, les prêtres, les catéchistes et les religieuses peuvent-ils faire leur travail dans le diocèse ?
Les paroisses de Aribinda et de Gorgadji restent totalement fermées et il n’y a aucune activité pastorale. Dans ces deux paroisses, le centre paroissial s’est vidé de ses chrétiens et les villages qui en dépendent et où il y a encore quelques chrétiens, sont inaccessibles à cause de la dangerosité des routes. La paroisse de Djibo fonctionne au minimum grâce à la présence d’un catéchiste. Dans les autres paroisses restées ouvertes, à savoir Dori, Sebba et Gorom-Gorom, l’activité pastorale est limitée au centre paroissial. Là, toutes les activités y sont organisées régulièrement, en modifiant parfois les horaires et en veillant à ce que les mesures barrières contre le coronavirus soient respectées.

Vous entrez dans une cinquième d’année Cinq années d’insécurité. Comment les communautés de croyants se sont-elles adaptées à cette situation ?
Le diocèse de Dori continue à fonctionner et assure la présence catholique au Sahel, même si c’est dans un espace réduit et avec difficulté. Les prêtres organisent au quotidien les messes, la catéchèse, les sacrements et les rencontres pastorales. À l’exception de deux communautés qui ont fermé, les religieuses dirigent les œuvres diocésaines : l’école primaire de Dori, le collège des Jeunes Filles de Dori, le centre d’accueil missionnaires Le Bon Pasteur de Dori et le centre Les Dunes  de Gorom-Gorom qui comprend un orphelinat, une maternité, un dispensaire, un entrepôt pharmaceutique et des logements. En outre, les religieuses participent aux activités paroissiales de catéchèse, de liturgie, d’accompagnement des Mouvements d’Action Catholique (MAC) et des Groupes et Associations Spirituels (GAS). Les catéchistes sont regroupés dans les chefs-lieux des paroisses fonctionnelles, où ils sont engagés dans la catéchèse en langues locales, dans la liturgie et surtout dans l’animation des Communautés Chrétiennes de Base (CCB) auxquelles ils appartiennent. Le diocèse entretient également des contacts avec les autres diocèses du pays en participant aux rencontres nationales.

Comment est l’esprit des catholiques dans cette situation difficile ?
L’esprit de nos fidèles est à la persévérance et à la résilience : vivre sa foi coûte que coûte. Depuis 2015, nous n’avons jamais eu de nouvelles de défection, d’abandon ou d’apostasie. Les fidèles fuient le terrorisme contre lequel ils n’ont aucun moyen de résister, mais ils gardent leur foi. Même là où les terroristes ont menacé les gens pour qu’ils se convertissent, ils n’ont pas eu de succès. Les gens se sont mis à l’abri et leur foi avec. À Gorom-Gorom et à Sebba, on constate un refroidissement chez certains fidèles qui, par peur des attaques, ne fréquentent plus les assemblées dominicales. L’engagement s’en ressent aussi au niveau des autres activités paroissiales. Les agents pastoraux doivent trouver des stratégies pour encourager et soutenir ces fidèles fragilisés. L’espérance ne trompe pas (Rm 5, 5)

Dans ce contexte, comment ont-ils pu célébrer Noël et l’Épiphanie ? 

Dans les trois paroisses et même à Djibo, les messes de Noël ont été célébrées avec joie et une participation importante des fidèles. Le dimanche du Baptême du Seigneur, parce que l’Épiphanie arrivait trop tôt cette année, on a célébré le Noël des enfants dans toutes les paroisses avec la participation habituelle et nombreuse des enfants musulmans. À Djibo, où la célébration avait été supprimée en raison des conditions particulières qui régnaient dans cette paroisse, les enfants musulmans l’ont réclamée et j’ai été obligé de la rétablir. C’était dimanche le 24 janvier et cela s’est très bien passé. Vives les enfants !

La conférence épiscopale que vous présidez depuis 2019 inclut également le pays voisin, le Niger. Quelles sont les nouvelles que vous avez reçues ?  ?

J’ai très peu de nouvelles du Niger. Je sais seulement que là aussi les attaques ont continué avec souvent, un nombre très élevé de morts. L’insécurité combinée à la pandémie a également provoqué un ralentissement des activités pastorales dans cette région. En conséquence, les deux évêques du Niger n’ont pu prendre part aux assemblées épiscopales depuis février 2020.


Recent Posts