fbpx
X
Faire un don

Burkina Faso – Assassinés devant leur église

L’œuvre de charité pontificale Aide à l’Église en Détresse (AED-ACN) dénonce encore une autre attaque terroriste au Burkina Faso. Dans la nuit du 3 au 4 juillet, plus de 20 Burkinabè ont été tués lors d’une attaque à Bourasso dans le diocèse de Nouna (nord-ouest).

Pèlerins priants au sanctuaire de Notre-Dame-de-Yagma.

Au moins 22 personnes, peut-être plus, ont été assassinées lors d’une attaque terroriste au Burkina Faso. Selon des témoins, l’attaque a eu lieu le premier dimanche de juillet, pendant la nuit.

« Les terroristes sont entrés dans le village de Bourasso en motos vers 17 h le dimanche 3 juillet, puis ils sont repartis sans rien faire… Mais ils sont revenus pendant la nuit, menaçant les villageois dans la cour devant l’église » explique l’un des survivants, s’adressant à l’AED. 

Alors que les villageois les suppliaient de les épargner, d’autres habitants sont venus se joindre à cette supplication, car les terroristes étaient déjà venus plusieurs fois dans ce village et menaçaient toute la région depuis déjà deux ans. C’est alors que les hommes armés se sont mis à tirer sur la population. « Ils ont tué 14 personnes devant l’église », déplore un prêtre de la paroisse cathédrale de Nouna, située à 20 km de Bourasso. Ensuite, ils se sont dirigés vers le centre du village et en ont tué 20 autres* …parmi eux, beaucoup de chrétiens et d’adeptes de la religion traditionnelle africaine.

Distribution de nourriture pour des personnes déplacées par des attaques terroristes.

La démarche est toujours la même : ces hommes arrivent en motos, deux par moto, ils sont encagoulés et armés. « Difficile de connaitre le nombre exact d’agresseurs à cette heure, mais les témoins rapportent qu’il y en avait sans doute quelques dizaines. » 

« On est terrifié », continue le père. « Ces personnes n’ont rien à voir avec la politique ou ces groupes terroristes. Ils sont attaqués alors qu’ils n’ont rien pour se défendre. C’est le bouleversement total. Je suis vraiment triste… Je connaissais quasiment toutes les victimes », témoigne le père, ayant lui-même échappé de justesse à une embuscade terroriste dans cette région le 9 mai dernier.

Un autre survivant témoigne : « Ils sont venus chez moi et ont fait sortir deux membres de ma famille.  Ils les ont tués avant de partir. L’angoisse était énorme. Je n’arrêtais pas de penser qu’ils allaient revenir chercher le reste de ma famille. »

Le matin de l’attaque, le diocèse de Nouna célébrait dans la joie une messe d’action de grâce pour l’ordination de deux de ses prêtres qui avait eu lieu la veille.  Le diocèse remerciait aussi les sept années de service de son catéchiste qui habite à Bourasso. Sans savoir que la nuit même, une partie de ses paroissiens, dont les deux frères du catéchiste, seraient assassinés par des terroristes.

Enfant dans un camp de réfugiés près de la capitale, Ouagadougou.

« Mais malgré tout, nous gardons espoir. Nous gardons le courage de vivre les jours que Dieu nous donne», affirme le prêtre à l’AED. Il conclut en disant : « Ici, quand on se lève, on sait qu’on est vivant, mas on ne sait pas si on sera encore vivant le soir. » 

L’AED à la défense des victimes du terrorisme

Depuis 2015, le Burkina Faso est en proie à de nombreuses attaques terroristes que le précédent président Roch Marc Christian Kaboré n’avait pas réussi à endiguer. Il s’est fait renverser par un coup d’État le 24 janvier dernier par le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, promettant une lutte acharnée contre le terrorisme. Mais force est de constater qu’à l’heure actuelle, les attaques continuent de proliférer dans tout le Burkina Faso.

L’AED apporte son soutien à l’Église catholique du Burkina Faso en promouvant un « retour à la vie » de personnes victimes de la violence islamiste et de déplacés. L’AED finance en particulier des projets visant à guérir les traumatismes. Plusieurs projets de radio qui assurent le partage des informations et la pastorale dans les zones où la majorité de la population est en fuite ont également été subventionnés. En 2021, l’AED a soutenu 75 projets au Burkina Faso. 

Une croix qui a été brisée lors de l’attaque terrroriste du séminaire Fada N’Gourma en février dernier.

*Nos sources (qui souhaitent rester anonymes) parlent de plus de 30 morts. Le communiqué officiel du diocèse avait donné quant à lui un premier bilan provisoire de 22 morts.

Articles récents