X
Faire un don

Beyrouth : nous ne vous abandonnerons pas !

Aide à l’Église en Détresse (AED) prépare un deuxième envoi d’aide à Beyrouth, alors que l’explosion du mois dernier fait craindre un exode des chrétiens du Liban.

On sait que plus de 100 églises, couvents, écoles confessionnelles chrétiennes et autres institutions ont besoin de réparations à la suite de l’explosion du 4 août. Une équipe de l’oeuvre pontificale internationale de charité Aide à l’Église en Détresse (AED) se rendra bientôt dans la capitale libanaise pour évaluer les dégâts et préparer des projets en vue d’établir un plan d’aide pastorale avant l’arrivée de l’hiver.

Cette aide viendrait s’ajouter à l’aide d’urgence de 362,500 dollars déjà fournie par l’AED dans les jours qui ont suivi l’explosion pour des colis alimentaires et autres articles de première nécessité, pour près de 5000 familles particulièrement affectées par la catastrophe.

Crainte d’un exode des chrétiens

Regina Lynch, directrice des projets pour l’AED, a déclaré : « Il existe une véritable crainte d’un exode des chrétiens. » Soulignant que c’est le quartier chrétien de Beyrouth qui a fait les frais de l’explosion, Mme Lynch a déclaré que la communauté chrétienne a besoin d’être rassurée en ce qui concerne la réparation de ses structures, permettant de nouveau aux fidèles de poursuivre ce qu’elle a appelé son « rôle vital de bâtisseur de ponts », entre les musulmans sunnites et chiites.

Regina Lynch, directrice des projets pour l’AED : « Il existe une véritable crainte d’un exode des chrétiens. »

Elle a souligné la nécessité de soutenir les nombreux couvents et autres institutions religieuses qui ont été endommagés et qui gèrent des écoles, des hôpitaux, des cliniques et d’autres centres de protection sociale à Beyrouth et dans le reste du Liban. « Ce qui s’est passé le 4 août pourrait être la goutte d’eau qui fait déborder le vase, aboutissant à ce que les chrétiens, inquiets de la détérioration de la situation économique et politique, perdent patience et estiment que la seule façon d’assurer un avenir meilleur à leurs familles est de commencer une nouvelle vie ailleurs », s’inquière Mme Lynch. Nous voulons leur montrer que, grâce à notre aide, il y a de l’avenir pour eux dans un pays qui a été si longtemps un phare pour le christianisme pour le Moyen-Orient et au-delà ».

L’AED coordonne son aide à Beyrouth avec d’autres organisations catholiques, chacune d’entre elles prenant en charge certains domaines d’aide : la reconstruction des maisons, l’éducation, les soins médicaux et les infrastructures. Pas moins de 300 000 familles à Beyrouth ont été déplacées à la suite de l’explosion et Mme Lynch a souligné la nécessité d’une aide d’urgence constante, affirmant qu’il faudrait du temps avant que leurs maisons ne soient réparées. 

Remerciant les bienfaiteurs de l’AED pour leur soutien, elle a déclaré : « Nous sommes vraiment impressionnés par la générosité des nombreuses personnes qui ont répondu avec tant de compassion en faveur de ceux qui souffrent à Beyrouth. Les messages que nous avons reçus de ceux que nous aidons à Beyrouth font clairement part de leur gratitude envers tous ceux qui ont répondu à leur appel à l’aide. Le message est clair : ceux qui souffrent ne sont pas seuls ».

Ce vendredi 4 septembre, le Pape François a appelé à une journée de prière et de jeûne pour le Liban. Mme Lynch exhorte tous le monde à y participer.

Articles récents