X
Faire un don

Beyrouth : les chrétiens font face aux accapareurs de terres

Les chrétiens de Beyrouth répondent par la résistance aux groupes qui cherchent à profiter de l’explosion 4 août dernier pour essayer de les persuader de vendre et de partir.

Ce sont 300 000 familles qui auraient été déplacées par l’explosion du 4 août dernier et Mgr Toufic Bou-Hadir raconte comment les gens – y compris les personnes âgées – choisissent de garder leurs maisons endommagées plutôt que d’accepter des offres d’achat de leurs propriétés.

Soulignant que ce sont les quartiers chrétiens de Beyrouth qui ont été les plus durement touchés par l’explosion, Mgr Toufic Bou-Hadir a déclaré à l’Aide à l’Église en Détresse (AED) qu’au cours des derniers jours, les responsables de l’Église ont travaillé avec les politiciens pour faire échouer les accapareurs de terres, en faisant voter une loi  qui empêche la vente de maisons dans ce secteur.

Les gens veulent rester, malgré tout

Lors de son entretien avec l’AED, qui fournit déjà une aide d’urgence aux victimes de l’explosion, Mgr Bou-Hadir a déclaré : « Il y a des gens qui essaient de profiter de cette catastrophe et d’acheter des terres et des maisons aux chrétiens ».

Il a poursuivi : « Les gens veulent rester. Un certain nombre de personnes âgées – et les plus jeunes aussi – restent chez elles, même si leurs maisons sont endommagées. Avec tout le respect que je dois aux personnes qui professent d’autres croyances religieuses, nous ne pouvons pas vendre les maisons des chrétiens à d’autres. Nous ne voulons pas changer la démographie. La terre n’a pas seulement une valeur matérielle. C’est notre dignité ; c’est là que nous avons nos racines ».

Mgr Bou-Hadir, qui est directeur de la Commission du patriarcat maronite pour la jeunesse, a félicité les jeunes qui, selon lui, ont travaillé dur en tant que bénévoles pour nettoyer les rues des débris causés par l’explosion et apporter du matériel d’urgence aux familles.

Dans les heures qui ont suivi la catastrophe, l’AED a accordé une aide d’urgence pour fournir de la nourriture à 5000 familles.

Mgr Bou-Hadir a souligné que le chemin de guérison de Beyrouth sera long et compliqué. En date du 18 août 2020, il est estimé que 200 personnes ont été tuées et 6 000 personnes blessées.

Il a déclaré : « Je tiens à remercier l’Aide à l’Église en Détresse pour avoir aidé à fournir un soutien essentiel. Tout d’abord, il y a eu le choc, les gens étaient concentrés sur la question de leur survie. Maintenant, ils comprennent tout l’impact de ce qui s’est passé et ils se rendent compte à quel point l’avenir sera difficile, mais le Christ est notre espérance »

Enfin, il y a quelques jours, près de 300 jeunes ont rempli la cathédrale maronite endommagée de Beyrouth pour une veillée nocturne où ils ont écouté Mgr Paul Abdel Sater, archevêque de Beyrouth, les appeler à ne pas perdre confiance en leur avenir dans la ville, malgré l’explosion du 4 août.

Si vous désirez faire un don d’urgence pour Beyrouth, visitez notre page spéciale à l’adresse https://acn-canada.org/fr/urgence-liban/.

Articles récents