fbpx
X
Faire un don

Bahreïn : la cathédrale Notre-Dame d’Arabie consacrée aujourd’hui 10 décembre

L’Arabie du Nord :
un modèle d’harmonie religieuse

Le vicariat apostolique d’Arabie du Nord, qui couvre Bahreïn, le Koweït, le Qatar et l’Arabie saoudite, compte environ 2,5 millions de catholiques, pour la plupart des travailleurs migrants de différentes nations et cultures. Pour leur offrir une assistance pastorale, feu Mgr Camillo Ballin a lancé un projet audacieux : la construction de la cathédrale de Notre-Dame d’Arabie, patronne du golfe Persique.  

Aujourd’hui, la cathédrale Notre-Dame d’Arabie a été consacrée par le cardinal Luis Antonio Tagle, préfet de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples, en présence de Mgr Eugene M. Nugent, nonce apostolique pour le Koweït et Bahreïn et de Mgr Paul Hinder, administrateur apostolique de l’Arabie du Nord, après le décès de Mgr Camillo Ballin en mai 2020.  

Le 30 septembre 2021, le représentant personnel de Sa Majesté le Roi et président du Conseil suprême de l’environnement (CSE), Son Altesse Shaikh Abdulla bin Hamad Al Khalifa, a visité la cathédrale en compagnie du ministre de la Justice, des Affaires islamiques et des Dotations, Shaikh Khalid bin Ali Al Khalifa, et du ministre du Suivi de la Cour royale, Shaikh Ahmed Bin Ateyatalla Al Khalifa.
Son Altesse a exprimé sa joie en visitant les installations et la cathédrale. Il a été très impressionné par les icônes peintes à la main et la structure profonde.

Un moment historique

Hier, 9 décembre 2021, Sa Majesté, le roi Hamad Bin Isa bin Saman Al Khalifa, l’un des grands soutiens du projet et le donateur du terrain de 9 000 mètres carrés, a inauguré le complexe.

« Les gens sont très enthousiastes et joyeux, et attendent le moment historique de l’inauguration et de la bénédiction de la cathédrale. Mais notre évêque Camillo Ballin nous manque cruellement », a déclaré peu avant l’inauguration le père Saji Thomas, chef de projet et curé de la nouvelle cathédrale, située à Awali, au sud de Manama, la capitale du pays. 

Le père Saji considère la cathédrale comme « un modèle d’harmonie religieuse, un signe de la tolérance du Royaume de Bahreïn et un grand exemple de coexistence pacifique pour le monde entier. » La première cathédrale catholique des temps modernes dans le golfe Persique a également été construite à Bahreïn, en 1939, sur un terrain accordé par l’émir de Bahreïn.  

« Récemment, le 30 septembre 2021, le représentant personnel du roi et président du Conseil suprême de l’environnement, Son Altesse Shaikh Abdulla bin Hamad Al Khalifa, a visité la cathédrale. Il a exprimé sa joie en visitant les installations et la cathédrale elle-même. Il a été très impressionné par les icônes peintes à la main et par l’ampleur de la structure. Avec les fidèles, il se réjouit lui-même de l’ouverture de la plus grande église de la péninsule
arabique », a expliqué le Père Saji à l’Aide à l’Église en Détresse (AED).  

Construction de la cathédrale de Notre Dame d’Arabie (OLA), Bahreïn : Le chantier de construction de la cathédrale le 30 mars 2019.

Un grand pas dans les relations entre l’Église et l’État 

La construction de la cathédrale marque un grand pas en avant dans les relations entre l’Église et l’État et témoigne également de l’augmentation constante du nombre de catholiques dans la région. L’œuvre de bienfaisance internationale pontificale, l’AED, a soutenu les différentes étapes de ce projet en faveur des chrétiens de la péninsule arabique. Jusqu’à présent, seules cinq églises officiellement désignées s’occupent des catholiques dans les 2 279 189,54 km2 (880 000 miles carrés) qui constituent la péninsule. 

Construction of Cathedral of Our Lady of Arabia (OLA) Bahrain.

En se souvenant de Mgr Ballin, Regina Lynch, Responsable des projets de l’AED, a déclaré : « Il a fait preuve d’une grande détermination à l’époque pour surmonter un grand nombre de défis. Depuis la cérémonie de la pose de la première pierre le 31 mai 2014, cela fait plus de six ans de travail acharné et de nombreuses épreuves. Je suis sûr que Mgr Ballin fait la fête avec nous au paradis. »

Cérémonie de pose de la première pierre de la cathédrale de Bahreïn, 2018 :
L’archevêque Francisco Montecillo Padilla, le nonce apostolique dans la péninsule arabique, Bp Camillo Ballin et le représentant du gouvernement Bahrani.

Jusqu’à présent, Bahreïn ne comptait qu’une seule église dans la capitale et une petite chapelle en banlieue. Avec 90 000 catholiques dans le pays, 25 messes devaient être célébrées dans la paroisse du vendredi au dimanche et l’église était bondée. 

Il y a une population flottante qui va et vient pour le travail. Nous avons une communauté internationale ici, principalement d’Inde, des Philippines, du Pakistan, du Sri Lanka, du Liban, de Palestine et de Jordanie, mais aussi de nombreux pays d’Amérique latine et d’Afrique. Quant aux rites, nous avons le latin, le syromalabar, le syromalankar, le maronite, le copte, etc.  

« La cathédrale n’est pas seulement destinée aux catholiques de Bahreïn, mais aussi à tous les catholiques de la péninsule arabique, qui comprend quatre pays. Elle est particulièrement importante pour les fidèles d’Arabie saoudite, où il n’y a pas une seule église pour rassembler les quelques 1,5 million de catholiques. Dans l’ensemble de la péninsule arabique, mais surtout en Arabie saoudite, la pratique publique du christianisme est sévèrement restreinte et limitée aux terrains des ambassades étrangères et aux maisons privées. C’est pourquoi de nombreux chrétiens qui vivent en Arabie saoudite se rendent dans la nation voisine de Bahreïn pour recevoir les sacrements et vivre leur foi en communauté », a déclaré Regina Lynch.

« Les chrétiens de Bahreïn ont une vie très difficile. Non pas à cause du gouvernement, mais parce qu’ils ont quitté leur propre pays, leur famille et leurs amis. Beaucoup sont seuls. Ils souffrent donc beaucoup et ont besoin d’une formation spirituelle spéciale pour les aider à rester ce qu’ils sont, sinon ils sont perdus », explique Regina Lynch. Surtout en ce moment, avec la COVID-19, la crise économique et la pénurie d’emplois, la nouvelle cathédrale est un signe d’espoir pour tous les chrétiens de la péninsule. La cathédrale d’Awali a une capacité de 2300 places assises, avec deux caissons. 

2014 : L’Archevêque Petar Rajic et le Bischop Camillo Ballin distribuent la Sainte Communion aux fidèles.

« La cathédrale d’Awali a une capacité de 2300 places assises, avec deux chapelles et deux grandes salles de confessions. Structurellement, la forme de la cathédrale ressemble à une tente dans laquelle, selon l’Ancien Testament, le prophète Moïse a rencontré son peuple », explique le Père Saji à l’AED.  

Un homme priant devant la grotte de la paroisse de
Notre-Dame du Sacré-Cœur à Manama.

L’une des chapelles abrite la sainte patronne du Vicariat apostolique d’Arabie du Nord, Notre-Dame d’Arabie — la Vierge Marie couronnée tenant un chapelet et l’enfant Jésus. Le nouveau complexe situé à côté de la cathédrale sera le siège du Vicariat apostolique d’Arabie du Nord, créé en août 2012. Le centre sera également ouvert aux autres confessions chrétiennes. 

Articles récents