fbpx
X
Faire un don

Mexique 

Le pape François en prière devant Notre-Dame-de-la-Guadalupe
Le pape François en prière devant Notre-Dame-de-la-Guadalupe

Le pape invite
à être ambassadeur
de la miséricorde

 

Au cours de son séjour au Mexique, le pape François met en évidence son intérêt pour les problèmes sociaux, la douleur et la souffrance des personnes à qui il donne des messages remplis d’optimisme, d’espoir et de réconfort. Son sourire comme son langage révèle les attitudes du Christ.

 

« Les larmes de ceux qui souffrent ne sont pas stériles », a-t-il déclaré, préoccupé par « les petits et les personnes déplacées ». François appelle tous les baptisés à être comme San Juan Diego : des ambassadeurs de la Vierge de Guadalupe, à travers les œuvres de miséricorde qui évoquent l’Évangile des Béatitudes.

 

Le Saint-Père se préoccupe également des jeunes, surtout qu’il les considère comme la plus grande richesse du Mexique. Enfin, il a eu des mots de réconfort pour les personnes âgées ou négligées. En tout temps, il rappelle que la miséricorde est un devoir chrétien.

 

Que le Mexique devienne une terre d’opportunité pour tous

 

Aide à l’Église en Détresse est présent par le biais de son bureau mexicain, et surveille chacune des allées et venues du Saint-Père. Par le biais des réseaux sociaux, l’organisme international de charité se fait l’écho de ses paroles et de ses gestes.

 

Le monde autochtone est également présent dans ses discours. Ainsi au premier jour de son séjour, François a demandé que soit reconnue la contribution de ces peuples premiers dans la construction d’une nation pluraliste, prospère et pleine d’espoir. Le pape désire un Mexique qui soit une terre d’opportunités pour tous, sans que les gens n’aient à chercher en dehors de leur pays d’origine. D’ailleurs, le phénomène de la migration – non seulement au Mexique, mais dans le monde –, est présent dans ses paroles et dans son cœur, et à tout moment, il appelle à la solidarité et à la miséricorde.

 

Faisant référence à l’Évangile du 1er dimanche du carême (le Christ tenté au désert), le pape a également mis en garde de ne pas tomber dans trois tentations : les biens mal acquis provenant du trafic de la drogue; la corruption; la vanité qui cherche à se placer au-dessus de l’autre et de l’orgueil. Le pape a d’ailleurs noté que Jésus n’a répondu à aucune de ces tentations, parce qu’on ne dialogue pas avec le diable.

 

Le message du Saint-Père touche certainement le cœur de beaucoup de gens qui vivent de près ou de loin ces situations. Aujourd’hui, nous nous souvenons aussi que nous sommes appelés à être missionnaire de la Miséricorde et de la paix; une paix qui crie sa volonté d’exister, dans un Mexique en proie à tellement de violence, d’injustice et d’inégalité.

 

François invite tous les Mexicains à être une Église qui soit la voix et l’espoir de construire un monde différent, où il y a des chances pour tous.

 

Article: AED-Mexique
Adaptation : Mario Bard, AED Canada

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents