fbpx
X
Faire un don

 Syrie

N’oubliez pas Alep !

Portrait of Baron Heereman.Montréal/Königstein, jeudi 16 avril 2015 – « Le monde ne doit pas oublier Alep », lançait Johannes von Heereman, président de l’œuvre internationale de bienfaisance catholique Aide à l’Église en Détresse, en invitant les gens à venir en aide à ses habitants, touchés par la guerre.

Située au nord de la Syrie, cette deuxième plus grande ville du pays fait l’objet depuis des années de conflits armés entre le gouvernement et les groupements rebelles dominés par les djihadistes. « Actuellement, de violents combats se déroulent à nouveau à Alep. Beaucoup de gens meurent. Des milliers d’habitants, dont de nombreux chrétiens, s’enfuient », relate le président en se référant à des sources locales.

Rappelons que, dans un communiqué diffusé par l’AED le lundi 13 avril dernier, l’organisme de charité publiait une lettre transmise par sœur Annie, une religieuse sur place décrivant la situation tragique que vivait la population. Par la suite, le personnel de l’AED qui avait tenté à quelques reprises, mais sans succès, de joindre sœur Annie, s’était alors engagé à continuer d’essayer de la joindre, ce qu’il est enfin parvenu à réaliser. Cette religieuse catholique persiste à rester dans la ville depuis des années.

SYRIA / ALEP-CLD 15/00051 Emergency help for the displaced famil

Quelques témoignages

 Maintenant, elle témoigne face à l’AED : « Depuis le week-end dernier, les combats sévissent à Alep. Rien que le samedi (11 avril), 14 chrétiens sont morts à cause d’attaques aux missiles des rebelles. Il y a aussi eu beaucoup de blessés parmi eux. Tous les jours, des autocars avec des familles chrétiennes quittent la ville. Il n’y a pas suffisamment d’autobus pour ceux qui veulent s’enfuir. Les gens se sentent très abandonnés. Il reste encore huit congrégations qui persévèrent à Alep pour aider la population. Avant les combats, 70 000 chrétiens vivaient encore dans cette ville. Aujourd’hui, ils ne sont plus qu’environ 60 000. »

Le Service jésuite des réfugiés (JRS), actif en Syrie, relate également la situation dramatique. « Au cours des dernières 72 heures, la situation à Alep s’est considérablement détériorée. La violence s’est accrue dans les deux parties de la ville. À Alep, les différents organismes locaux prennent des dispositions pour transformer des églises et autres lieux clés en abris. »

Germany, Königstein 25.09.2013 Fr. Ziad Hilal, SJ, from Homs inLe Père Ziad Hilal, un jésuite de Homs, vient en aide aux réfugiés d’Alep. Voici ce qu’il a exprimé ce matin à l’AED » : « Des centaines de familles, surtout des chrétiens, se sont enfuies dans les régions côtières et dans la vallée des chrétiens, et aussi à Homs. Évidemment, ils n’ont rien pu amener. Ils ont besoin de tout : logements, couvertures, matelas, vêtements etc. Parmi eux, il y a aussi des malades qui dépendent de médicaments. »

Le Père Hilal s’attend à l’arrivée de plus de réfugiés encore si la violence continue de sévir à Alep. « Souvent, des familles ont été séparées. J’ai rencontré une famille dont le père se trouvait encore à Alep, tandis que sa femme avait pu fuir avec les enfants. Pour l’instant, la situation est difficile pour les gens. »

 

Syria, Aleppo April 2015Damage to Christian quarter of Aleppo a

Resterons-nous les bras croisés

Mais selon Sœur Annie, la population d’Alep souffre déjà depuis des années. « Au cours des trois dernières années, les habitants d’Alep ont traversé des épreuves sans égal. Ils ont tout perdu. L’approvisionnement en eau ou en électricité ne fonctionne pas. Pourtant, les gens continuent. C’est un véritable exemple pour nous tous. »

 

 

 

 

Sœur Annie lance un appel aux bienfaiteurs de l’AED :

« On dit que les jours à venir seront très durs pour nos gens. J’espère que grâce à vos prières et à votre soutien, il n’en sera pas ainsi. Je suis très émue à cause de l’aide que vous nous apportez. Dieu vous bénisse. Nous sommes unis dans les cœurs de Jésus-Christ et de Marie. La réalité est que les chrétiens de Syrie sont en train de disparaître sous nos yeux. Bien entendu, les chrétiens ne sont pas les seuls à souffrir. Tous les habitants de la ville sont touchés. Resterons-nous les bras croisés tandis que les êtres humains souffrent et meurent ?

faire-un-don

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents