fbpx
X
Faire un don

Urgence Mozambique

Le Mozambique est secoué de toutes parts. Au nord, la violence se poursuit tandis qu’une tempête tropicale vient de frapper cette même région.
Tout manque aux centaines de milliers de personnes qui ont tout perdu par suite des violences ou de la tempête : nourriture, médicaments, soins de santé, abri, soutien psychologique et spirituel et un travail pour subvenir aux besoins de leur famille.

Votre soutien est vital !

Violence

Au nord, une peur profonde s’est installée. Depuis 2017, il y a eu 950 attentats djihadistes en plus des combats entre le gouvernement et des rebelles. Ce que la population a vu et en enduré a laissé les habitants traumatisés et dans la grande misère.
Il y aurait actuellement 830 000 déplacés internes dont un très grand nombre dans des camps de fortune où tout manque.

La plus grande préoccupation de l’évêque est que « ce terrorisme fait souffrir notre peuple et a différé la réalisation des rêves de beaucoup de gens. Avant, nous souffrions déjà de la faim à certains moments de l’année, mais depuis trois ans, beaucoup de gens ne cultivent plus la terre, c’est pourquoi la faim va certainement augmenter. La guerre ne fait que des perdants, mais ceux qui souffrent le plus, ce sont les plus pauvres », Mgr Luiz Fernando Lisboa, diocèse de Pemba.

Intempéries

Dans cette même région s’est abattue, le 24 janvier dernier, une puissante tempête tropicale, Ana. Les routes, et les maisons étaient sous l’eau, et le peu qui restait à ces gens a été détruit.
« Des centaines de maisons ont été détruites dans la province de Nampula, et les écoles, les dispensaires et les réseaux électriques ont également besoin d’être réparés » a déclaré Mgr Inácio Saure, diocèse de Nampula.

« Les rivières ont débordé et tout emporté avec elles, y compris les gens, les maisons et les autres biens. » Mgr Hilario Massinga du diocèse de Quelimane.
Dans cette région, les intempéries frappent régulièrement. En janvier 2021, le cyclone Eloïse a fait 12 morts et affecté près de 300 000 personnes, et en 2018 et 2019, les cyclones Idai et Kenneth ont tué des centaines de personnes, laissant une traînée de destruction dans leur sillage.

Aide à l’Église en Détresse soutient des centaines de familles déplacées avec de la nourriture, des produits d’hygiène, des soins de santé et des semences en plus de rendre possible une assistance spirituelle et psychosociale à ceux qui, traumatisés, en ont besoin. 

Aidez-nous à les aider!