fbpx
X
Faire un don

Aide à l’Église en Détresse (AED) annonce 7,5 millions de dollars supplémentaires d’aide pour la Syrie et le Liban

Une grande partie de cet argent ira à des projets de construction et de restauration, ou d’éducation et de formation religieuse, ainsi qu’au renforcement des aides au paiement des loyers et de l’aide alimentaire et médicale de base. Sans de tels programmes, il y a un risque sérieux que les chrétiens quittent la région pour de bon. 

L’œuvre pontificale de bienfaisance Aide à l’Église en Détresse (AED/ACN) financera des projets d’une valeur de 7,5 millions de dollars en Syrie et au Liban afin d’aider les communautés chrétiennes locales à faire face à des conditions de plus en plus difficiles dans ces pays.  

Un couple originaire de la ville d’Idlib en Syrie a été forcé de quitter sa maison. Ils survivent maintenant entre autres grâce au soutient de l’Église.

Alors que la Syrie est encore enfermée dans une guerre civile qui dure depuis plus de dix ans et que le Liban est aux prises avec une crise financière, sociale et politique extrême, aggravée par l’explosion du port de Beyrouth en 2020 et la récente résurgence des tensions entre les différents groupes ethniques et religieux, de nombreux chrétiens sont tentés d’abandonner leur terre natale, comme des centaines de milliers l’ont déjà fait. 

Dans un récent entretien avec l’AED, Mgr Jospeh Younan III, Patriarche de l’Église syriaque catholique, a clairement déclaré que si la situation ne s’améliorait pas radicalement, la présence des chrétiens dans la région pourrait bientôt prendre fin. « Nous avons très, très peur que, si cette crise continue, ce ne soit la fin des chrétiens au Liban et dans tout le Moyen-Orient d’ici quelques années. Normalement, quand les chrétiens partent, comme cela s’est produit en Irak, en Syrie et en Turquie, ils ne reviennent pas ».  

Août 2021 : plusieurs parties de la ville d’Alep en Syrie sont toujours en ruines.

Pour aider à éviter ce scénario tragique, l’AED vient d’approuver une série de nouveaux projets qui permettront de donner aux chrétiens de Syrie et du Liban l’aide immédiate requise pour qu’ils puissent vivre leur vie quotidienne et retrouver l’espoir de rester dans leur pays. 

La Syrie — où de nombreux chrétiens vivent avec moins d’un dollar par jour et où l’AED fournit un soutien matériel et financier depuis de nombreuses années — est l’un des principaux bénéficiaires de ces projets. Ils comprendront le financement de programmes alimentaires pour personnes âgées, du carburant pour le système de chauffage central d’une résidence pour jeunes étudiantes, de six mois de frais d’approvisionnement en médicaments, et du coût quotidien de la vie pour des familles, ainsi que d’autres initiatives, nombreuses, dont des bourses pour les étudiants. 

Un projet pour soutenir les jeunes mariés 

Un projet spécial vise à apporter de l’aide aux jeunes couples récemment mariés, un besoin que Regina Lynch, chef de projet à l’AED, commente à la suite d’une récente visite en Syrie : « Beaucoup de jeunes ne se marient pas, parce qu’ils n’ont pas les moyens de s’installer ensemble. C’est une situation qui inquiète aussi les évêques, qui reconnaissent que les fidèles ne se marient pas parce qu’ils ne peuvent tout simplement pas se le permettre. Nous travaillons sur un projet à Alep qui consistera à donner aux couples suffisamment d’argent pour couvrir les besoins de base de l’installation d’une maison ou pour payer le loyer d’un appartement pendant deux ans ». 

Liban, 21. Septembre 2021 : Soeur Antoinette Wakin (basée à Damas, Syrie) et Sr Nawal Abi Karam (basée à Beyrouth) prient avec les enfants devant la statue de Notre-Dame. Les religieuses de la congrégation Jésus & Marie aident les familles chrétiennes de Beyrouth et offriront une surprise de Noël à certains de ces enfants, dont les parents sont en difficulté à cause de l’effondrement économique. L’AED soutient un projet d’achat de 15 000 blouses et jeans destinés aux enfants, pour Noël.

La situation dévastatrice au Liban a conduit l’AED à augmenter son aide à ce pays depuis août 2020. Alors qu’avant cette date, la plupart des fonds destinés au Liban visaient à soutenir les réfugiés syriens, ce sont maintenant les communautés libanaises elles-mêmes qui ont besoin d’aide. Les projets au Liban comprennent; des paquets alimentaires pour des familles dans le besoin; de l’aide pour se chauffer et pour pouvoir traverser un hiver rigoureux  des offrandes de messe pour soutenir le clergé. Des colis paquets alimentaires seront ainsi fournis à des familles dans le besoin au cours des huit prochains mois, en partenariat avec l’archidiocèse maronite de Tyr. 

Mettre en pratique « l’œcuménisme de sang» 

Les chrétiens du Liban et de Syrie appartiennent à différentes communautés et confessions. Outre les différents rites catholiques, il existe également diverses Églises orthodoxes. Les relations œcuméniques sont généralement très bonnes et la plupart des projets bénéficient aux chrétiens de toutes les confessions. Avec ces programmes d’aide, une partie du financement ira directement aux Églises orthodoxes telles que l’Église orthodoxe grecque et l’Église orthodoxe syriaque, ainsi qu’à l’Église apostolique arménienne, toutes basées à Alep.  

« Le Pape François a souvent parlé d’un œcuménisme du sang. Face à tant de difficultés et de persécutions, les différences doctrinales et théologiques entre ces communautés semblent presque sans importance par rapport au témoignage d’amour pour le Christ qu’elles partagent et à une présence chrétienne durable. Nous sommes très heureux d’aider nos frères et sœurs grecques orthodoxes et apostoliques arméniens d’Alep, en finançant certains de leurs projets et en contribuant ainsi à préserver la riche trame des traditions chrétiennes en Syrie », a déclaré Thomas Heine-Geldern, président du conseil exécutif de l’AED internationale.  

Étudiant chrétien à l’Université de Homs, Syrie.

Sur la somme totale destinée aux deux pays, près de2,25 millions de dollars iront à des projets de restauration et de construction, fournissant aux communautés, écoles et ordres religieux, entre autres, les conditions matérielles pour pouvoir mener à bien leurs missions. En outre, environ 1,65 million de dollars sont destinés à des projets éducatifs, reconnaissant ainsi l’importance de la scolarisation régulière et de l’éducation dans la foi des chrétiens, jeunes ou adultes.  

« Aide à l’Église en Détresse (AED) s’est déjà fortement impliquée dans cette région depuis plusieurs années. Bien que nous ne puissions pas utiliser notre influence pour imposer la paix ou la stabilité, nous pouvons utiliser l’argent que nos bienfaiteurs nous donnent généreusement pour aider à créer les conditions d’un maintien en vie de la présence chrétienne dans cette partie du Moyen-Orient. Les chrétiens vivent sur ces terres depuis 2 .000 an, mais si nous ne les aidons pas maintenant, leur héritage pourrait ne plus être qu’une relique », explique Thomas Heine-Geldern.  

Autrefois, les chrétiens formaient la majorité de la population du Liban et environ 10 % de celle de Syrie. Cependant, des années d’instabilité ont conduit beaucoup d’entre eux à partir à la recherche de la paix, la liberté et de meilleures conditions économiques, en Occident ou dans les États du Golfe.  

Mars 2021 : messe en action de grâces pour les dons des bienfaiteurs de l’AED célébrée à la Maison Saint-Vincent-de-Paul d’Alep en Syrie.

Articles récents