X
Faire un don

Syrie

Ma captivité dans les mains de l’ÉI

« Des hommes cagoulés sont entrés dans le monastère Mar Elian et m’ont emmené, en même temps que l’un de nos bénévoles, Boutros. Ils nous ont contraints de monter dans la voiture et nous ont laissés au milieu du désert pendant quatre jours, enchaînés et les yeux bandés. Puis ils nous ont emmenés à Raqqa, capitale de l’État islamique (ÉI) ».

Father Mourad during the press conferece in Rome
Père Jacques durant la conférence de presse

Ainsi commence l’histoire du Père Jacques Mourad, religieux syrien enlevé par l’ÉI le 21 mai et libéré le 10 octobre dernier. Lors d’une conférence de presse organisée par l’organisme pontificale Aide à l’Église en Détresse (AED), le moine, membre de la communauté Deir Mar Musa fondée par le Père Paolo Dall’Oglio, a raconté pour la première fois en public les longues journées de sa séquestration.

Dialogue islamo-chrétien, un engagement dangereux

« À Raqqa, ils nous tenaient enfermés dans une petite salle de bains », continue-t-il. Ils avaient choisi spécialement cette pièce pour nous humilier, mais notre mission est d’être humble, même face à la violence. » C’est dans cette petite salle de bains que le religieux a passé au moins 84 jours.

 

« Les djihadistes nous insultaient souvent, mais le plus difficile était lorsqu’ils nous ordonnaient : “Soit vous vous convertissez à l’Islam, soit nous vous coupons la tête” ».

 

Au cours de ces longs mois de captivité, le Père Jacques a trouvé le réconfort en récitant le chapelet et la prière d’abandon de Charles de Foucauld, « une victime de la violence qui a consacré sa vie au dialogue islamo-chrétien ». Le Père Mourad lui aussi a fait du dialogue interreligieux l’âme de sa mission, en soutenant pendant plus de 15 ans toutes les familles de Qaryatayn, indépendamment de leur religion.

 

Le religieux est d’avis que son engagement en faveur du dialogue pourrait avoir poussé l’État islamique à l’enlever. « Il est certain que le bien que j’ai pu faire à la population, notamment grâce à Aide à l’Église en Détresse, a eu un rôle déterminant dans ma libération. Je suis sûr que c’est l’une des raisons qui ont empêché l’ÉI de me tuer. »

 

Le père Jacques s’échappe

 

Le 11 août, les hommes d’Al Baghdadi ont à nouveau enlevé le religieux et l’ont emmené en voiture. « Je pensais que mon heure était venue – nous avons voyagé pendant plus de quatre heures, puis la voiture s’est arrêtée. » Une fois descendu de voiture, le Père Jacques a reconnu un jeune de sa paroisse. Derrière lui, les 250 chrétiens enlevés par l’État islamique quelques jours plus tôt à Qaryatayn. Ils étaient près de Palmyre, et le Père Mourad et ses fidèles ne sont rentrés chez eux que le 1er septembre.

 

« Nous sommes quasiment revenus à une vie normale, mais il nous était absolument interdit de quitter la ville. » Pendant les 40 jours de son séjour à Qaryatayn, le religieux a célébré la messe dans des salles souterraines, « à la fois pour ne pas être vus alors que nous priions, et pour nous protéger contre les bombardements ». Puis le 10 octobre, avec l’aide d’un musulman et d’un prêtre orthodoxe syrien, le Père Jacques a réussi à s’échapper. « À Qaryatayn, la vie était devenue impossible, sans nourriture, ni eau, ni électricité. Peu à peu, tous les chrétiens ont abandonné la ville. Il en reste encore onze aux mains de l’EI, tandis que les djihadistes ont brisé la vie de huit chrétiens.»

 

À la fin de la conférence de presse, le Père Mourad a souhaité remercier l’AED « qui soutient depuis de nombreuses années la communauté de Deir Mar Musa », et a appelé à ne pas oublier le Père Paolo Dall’Oglio : « Prions pour que se réalise le miracle de sa libération. »

Depuis le début de la crise en Syrie, Aide à l’Église en Détresse a fait don de plus de 12,5 millions de dollars canadiens afin de soutenir des projets d’aide humanitaire et pastorale dans le pays.

Marta Petrosillo, AED International      Adapté par Mario Bard, AED Canada

Nous aimerions partager une lettre que le père Mourad a fait parvenir au responsable de la section du Moyen-Orient en octobre dernier. Lire en cliquant ici.

 

Articles récents