fbpx
X
Faire un don

Syrie

ACN-20160713-43410 Aleppo 1
Alep – après des bombardements, juillet passé.

D’Alep, l’appel des religieuses carmélites

 

« La situation est compliquée, et les nouvelles sont souvent contradictoires entre elles. La seule vérité que nous connaissions est qu’ici, les gens souffrent et meurent ». Ce sont là les paroles de Sœur Anne-Françoise, une religieuse française des Carmélites déchaussées d’Alep. Ces paroles ont été rapportées la semaine dernière à Aide à l’Église en Détresse, de la ville syrienne martyre qui, ces jours-ci, a été le théâtre de violents combats entre l’armée gouvernementale et les rebelles.

 

« AIDEZ-NOUS! DES BOMBES NOUS TOMBENT DESSUS, MAIS NOUS N’ABANDONNONS PAS LES GENS QUI SOUFFRENT »

 

Le monastère des religieuses contemplatives est situé dans la cité universitaire, dans la banlieue d’Alep, une zone durement touchée par les combats. « Quand l’armée tente d’empêcher l’opposition et les autres groupes d’entrer dans la ville, les bombardements sont vraiment proches de nous. Dieu Merci, ils ne nous ont pas encore touchées, mais nous entendons constamment les bombes au-dessus de nos têtes ».

 

Les Carmélites, quatre syriennes et deux françaises, ont accueilli quelques familles de réfugiés dans un immeuble adjacent à leur Carmel, et en soutiennent d’autres avec le peu de ressources dont elles disposent. « Maintenant, ici à Alep, il ne reste plus que les personnes les plus pauvres. Beaucoup de chrétiens ont fui la ville au cours de ces années de guerre. Nous sommes sans eau, sans électricité, et les combats continuent sans cesse. Qui voudrait revenir dans ces conditions? »

 

ACN-20160713-43415 Aleppo 6
Alep – après des bombardements, juillet passé.

 

Même les six religieuses ont peur, elles restent aux côtés de la population. « Comment pourrions-nous abandonner les gens qui souffrent? Notre témoignage est important pour eux. Nous puisons la force et le courage nécessaires dans la prière, qui est notre arme. Les solutions diplomatiques n’ont pas fonctionné, nous prions donc le Seigneur que cette guerre s’arrête ».

 

Après des années de conflit et d’exode chrétien incessants, Sœur Anne-Françoise craint que de plus en plus de familles ne quittent Alep, autrefois symbole de la chrétienté en Syrie. Comme elle le racontera en effet à l’AED dans un compte-rendu sur la persécution antichrétienne qu’elle apportera cette année au rassemblement de Rimini, les fidèles étaient plus 160 000 dans la ville en 2011, tandis qu’aujourd’hui il en reste à peine 40.000. « Le Moyen-Orient, terre du Christ, risque de se vider de ses chrétiens. Même si c’est impensable, la situation est malheureusement vraiment terrible. Et même pour ceux qui partent, le drame continue : ils sont arrachés à leur propre terre et perdent jusqu’à leurs racines spirituelles ».

 

ACN-20160607-41888 Aleppo 3

 

 

La supplique lancée à la communauté internationale et à tous les chrétiens du monde est « d’avoir pitié des nombreuses vies brisées par la guerre. Ne nous oubliez pas, nous avons besoin de vos prières et de votre aide concrète ».

 

Texte par Marta Petrosillo, AED International

Adaptation Mario Bard,  AED Canada

 


 

 

 

 

Articles récents